Une marée humaine pour le changement

0
12


Les Mauriciens n’ont plus peur de descendre dans la rue pour exprimer le besoin de changement pour une démocratie vivante. Mahébourg en a, hier, été témoin. Deux semaines après la mobilisation citoyenne historique à Port-Louis, des milliers de Mauriciens ont à nouveau marché, cette fois-ci dans le village affecté par la marée noire causée par le MV Wakashio en juillet dernier, pour demander le départ du gouvernement de Pravind Jugnauth. Cette troisième mobilisation citoyenne depuis juillet et autour du thème «enn nouvo Moris» a vu la détermination des Mauriciens de toutes les communautés à faire valoir le mauricianisme.

Après Port-Louis, c’était au tour de Mahébourg de faire écho au sentiment de ras-le-bol qu’éprouvent des milliers de citoyens qui réclament le départ du gouvernement depuis le 11 juillet. Même si, en nombre, la foule qui a répondu présent à l’appel du collectif Konversasion Solider n’était pas comparable à celle, beaucoup plus importante, du 29 août à Port-Louis, une marée humaine a défilé de Beau-Vallon au front de mer dans la journée d’hier. Et c’est d’une seule voix qu’hommes et femmes de tous âges, de toutes les communautés de la nation arc-en-ciel et venus des quatre coins du pays ont réitéré les mêmes slogans et revendications scandés dans les rues de la capitale, il y a deux semaines.

Mobilisés pour “enn nouvo Moris”, le thème de cette marche, les Mauriciens ont réclamé haut et fort leur désir d’une démocratie vivante où les droits des citoyens sont respectés et la nature préservée.

“42 insignifiants pe coule nou pays”

L’écologie était aussi au cœur de cette mobilisation. Mahébourg et les villages côtiers du Sud-Est ayant été grandement affectés par la marée noire après le naufrage du vraquier MV Wakashio dans la soirée du 25 juillet à Pointe d’Esny, la manifestation d’hier revêtait une importance capitale pour les professionnels de la mer, allant des pêcheurs aux plaisanciers, en passant par les chauffeurs de taxi et tous les métiers qui dépendent du lagon et du tourisme. Ces “victimes” du MV Wakashio étaient présentes aux côtés de tous ceux qui ont participé au nettoyage du lagon et des Mauriciens solidaires.

C’est sous un soleil de plomb, un ciel dégagé et aux rythmes des percussions que Stéphane Gua de Rezistans ek Alternativ et la Mahébourgeoise Virgine Parisot ont donné le ton à la marche peu après 13h. “Ils nous ont trahis, ils ont laissé mourir notre éco-système. Nous ne les avons pas attendus pour agir et sauver notre lagon. Le mauricianisme est ancré en nous, nous en sommes les vrais ambassadeurs. Pa less personn diviz nou. Ceux qui veulent nous diviser appartiennent au passé”, a lancé Stéphane Gua à la foule massée aux alentours du rond-point de Beau-Vallon. Ce dernier a aussi appelé à réfléchir sur l’après-manifestation “pour que dans 50 ans, nos enfants n’aient pas à crier b…li deor.”

De son côté, Virgine Parisot a relevé la solidarité des Mauriciens envers les villageois de la région au lendemain du naufrage du MV Wakashio. “Quand Mahébourg était à genoux, ce sont des Mauriciens qui l’ont aidé à se relever. Quand Mahébourg pleurait, était malade à cause du déversement des hydrocarbures, se Morisien ki’nn leve, ki’nn avoy li kot dokter. Nous sommes fatigués! Wakashio in’nn amenn boukou laper. Mais grâce au mauricianisme, un nouveau jour s’est levé”, a dit Virgine Parisot avec force. Une minute de silence a été observée en mémoire des disparus et rescapés du remorqueur Sir Gaëtan, au large de Poudre d’Or, le 31 août dernier.

Pendant un peu plus d’une heure, le temps qu’a duré la marche citoyenne, la route de Beau-Vallon à Mahébourg était noire de monde. Mais comme à Port-Louis, le quadricolore flottait de toute part dans la discipline. C’est dans une ambiance festive, colorée et, surtout, sans aucun incident, que des milliers de Mauriciens ont exprimé leur colère et le besoin de changement. D’une même voix, ils ont laissé entendre leur désir pour un changement, quand ce ne sont pas sur des pancartes qu’ils ont exprimé leurs sentiments. On pouvait lire, entre autres, “42 insignifiants pe coule nou pays”, “Kot mone fote? Zour tone vine PM”, “Politik, dinasti vanpir…” “Aret fer le coeur nou mama ek nou bann soeur fermal, non au communalisme.”

Parmi les nombreux anonymes venus aussi en famille, il y avait des artistes et quelques politiciens de l’opposition…





Source link

Le Mauricien

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com