Ugadi : la dévotion en famille pour la deuxième année

0
16


Les célébrations autour de la fête d’Ugadi se feront, ce mardi 13 avril, en confinement. Pandémie oblige, la communauté hindoue, plus précisément télégoue (ou télougoue), vivra uniquement à la maison ce temps fort du passage à la nouvelle année, avec ferveur et dévotion, en famille dans sa plus simple expression.

Ugadi, soit le commencement d’une nouvelle époque, appelée cette année « plava », sera inévitablement marquée par la pandémie. 

arya
L’Acharya Arya Nandan Appiah

« D’après les textes sacrés, c’est le jour où le dieu Bramha a créé le monde. Le Chaitra, soit le premier mois, commence par le « shoudya paatyama », premier jour de l’année basé sur le système lunaire », explique l’acharya Arya Nandan Appiah. Il nous explique qu’il est recommandé ce jour-là que les dévots se lèvent avant le soleil et prennent un bain purificateur à base de safran et d’eau. Des « rangolis », aussi connus sous le nom de « muggulus », sont placés à l’entrée pour accueillir la déesse Lakshmi. Une guirlande de feuilles de manguiers est aussi placée devant la porte comme gage de prospérité. Les télégous sont aussi amenés à préparer l’ugadi pacchadi, un ‘chatini’ composé d’ingrédients représentant les six goûts de la vie : doux, amer, âcre, salé, fort et aigre. Symbolique, cette préparation dépeint toutes les facettes de la vie ».

« En consommant cette préparation, nous acceptons ce qui nous arrivera dans la vie et continuerons notre chemin », ajoute l’acharya Arya Nandan Appiah.

Comme l’année dernière, les prières traditionnelles au temple seront diffusées à la télévision ou sur Facebook. Dans le cycle lunaire de 60 noms, c’est donc le nom ‘plava’ qui a été donné à cette 35e année. « J’invite les Mauriciens à célébrer Ugadi en famille à la maison afin de resserrer les liens avec les leurs. Cette année sera marquée par la pandémie qui continuera à dominer la planète. Nous recommandons de garder le carême chaque mardi et de continuer à prier afin de mieux surmonter ce moment difficile », souligne l’acharya Arya Nandan Appiah.

Shiva et Devina Lutchanah : « Toute la famille met la main à la pâte pour la fête »

shiva
Shiva et Devina Lutchanah porteront des vêtements neufs pour l’occasion

Après le nettoyage annuel, qui a duré plusieurs jours pour la famille Lutchanah, de Bassin, place aux préparatifs pour accueillir cette nouvelle année comme il se doit. « Toute la famille met la main à la pâte pour la fête. Nous allons nous lever très tôt pour notre premier bain purificateur avec du safran et de l’huile, puis nous porterons des tenues traditionnelles neuves », raconte Devina Lutchanah. Les tâches seront réparties entre les membres de la famille. Sa fille de 21 ans s’occupera du « muggulu », pendant que son fils de 13 ans se chargera d’attacher les feuilles de manguier devant la porte. Ensuite, toute la famille mettra la main à la pâte pour préparer les gâteaux palkayalu et ariselu, mais aussi l’ugadi pacchadi. « Cette préparation symbolise que dans la vie, nous devons accepter les hauts et les bas », souligne Devina Luchanah.

Les prières se feront à la maison. « Cette année encore, nous devrons suivre l’horoscope pour la nouvelle année sur les réseaux sociaux. » Le déjeuner se fera en famille autour d’un repas végétarien, composé de pommes de terre, de masala, de riz, de ‘dholl brinzel’, de bananes râpées, de giraumon et d’haricots, sans oublier l’incontournable ‘sagoo’ et l’’aplom’ au dessert. Faute de pouvoir rendre visite aux grands-parents, les souhaits se feront par appel vidéo.

rangoli
La fille de Shiva se chargera de la réalisation du “rangoli”

Jeeten Appadoo : « C’est l’occasion de resserrer les liens familiaux »

jeeten
Jeeten Appadoo célèbre Ugadi en petit comité

Pour cette ‘plava’, Jeeten Appadoo prévoit de se lever tôt et de prendre un bain purificateur. Puis, il attachera les feuilles de manguier devant sa porte d’entrée avant de réaliser un muggulu. Il confie avoir profité de l’accalmie dans les magasins pour acheter des vêtements neufs. « En temps normal, cela aurait été la ruée dans les commerces », explique cet habitant de Palma.

Après la préparation de l’« ugadi pacchadi », les prières se feront en famille. « C’est l’occasion de resserrer les liens familiaux, même s’il est chagrinant pour nous de ne pas pouvoir prier avec la grande communauté télégoue au temple et partager des gâteaux avec les voisins. » Jeeten Appadoo fêtera Ugadi avec sa femme et ses deux enfants. « Mon plus grand souhait pour cette année, c’est que toute ma famille soit en bonne santé et que la pandémie disparaisse. Car elle a perturbé nos vies. »

Ceux qui souhaitent suivre les prédictions en direct sur Facebook peuvent le faire en cliquant sur le lien suivant : https://www.facebook.com/1074395979294862/posts/4053761058024991/?sfnsn=mo&d=n&vh=e

Lutchanah
La famille Lutchanah

 





Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com