Task force sur la drogue: Mamé 100 aurait blanchi l’argent sale des trafiquants

0
294


Dylan Chokupermal a été interrogé jeudi par l’ICAC.

La Task Force continue son travail de terrain. Le milieu carcéral est ciblé, avec l’implication présumée d’un gardien de prison dans une affaire de blanchiment d’argent.

Dylan Chokupermal, alias Mamé 100, un gardien de prison travaillant au centre pénitentiaire de Grande-Rivière-Nord-Ouest, a été arrêté, jeudi, dans le cadre d’une enquête menée par la Task Force mise sur pied suite aux conclusions de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen. Mamé 100 a été interpellé sur son lieu de travail avant d’être interrogé au bureau de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). Les enquêteurs soupçonnent que ce surveillant à la prison aurait agi comme facilitateur en vue de blanchir l’argent sale des trafiquants de drogue incarcérés.

Mamé 100 n’a pu réfuter les preuves auxquelles il a été confronté. Deux autres gardiens ont été interpellés dans le cadre de cette affaire. Ils ont été autorisés à regagner leur domicile après enquête. Reshad Jankee, un Curepipien qui opérerait illégalement comme «money changer» a aussi été arrêté.

C’est à travers le pseudonyme «Mamé 100», figurant dans le «carnet laboutik no 2» de Ramsamy Ramiah, un ancien inspecteur à la mairie de Curepipe, que le gardien de prison a pu être retracé. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir pris des importantes sommes d’argent des détenus pour de les remettre à un «money changer». Cela dans le but de miser sur des courses hippiques. La somme tournait autour de Rs 50 000. L’accusé empochait en contrepartie une coquette somme à chacune des transactions faites. L’ICAC n’écarte pas la thèse qu’il y a d’autres gardiens de prison qui seraient mêlés à des modes opératoires similaires.

Mercredi, l’ICAC a procédé à l’arrestation de Ramsamy Ramiah et a perquisitionné son domicile à Floréal. Les enquêteurs y ont découvert un carnet, dans lequel figurent des codes et des noms. Le document a été saisi. Ramsamy Ramiah, qui agirait comme un intermédiaire, semble être un maillon fort dans cette affaire.

Il été de nouveau entendu jeudi par l’ICAC sur ses transactions financières dans le milieu carcéral et sur ses sources de revenus. Les enquêteurs le soupçonnent de convertir de très grosses sommes d’argent, de l’ordre de Rs 500 000 ou plus, en euros, pour des trafiquants emprisonnés. Ramsamy Ramiah est le beau-frère de Romy Gooranah, un trafiquant de drogue. Ce dernier a écopé de 32 ans de prison aux Assises, en 2008.

La commission drogue et les officiers de prison

Une vingtaine de gardiens de prison ont été entendus par la commission Lam Shang Leen, principalement parce qu’il avait été établi qu’ils étaient en communication téléphonique avec des prisonniers. Un exemple parmi d’autres, Sachiddanand Poye, un surveillant ayant 28 ans de service. Il avait été interrogé sur la raison de ses 29 appels téléphoniques passés à des prisonniers. Mais il avait confié à la commission ne pas s’en rappeler.

Portrait de Dylan Chokupermal

Le gardien de prison Dylan Chokupermal était auparavant posté à la «Earning Section» de la prison de Melrose. Il compte huit années d’expérience professionnelle en milieu carcéral. Il y a deux ans, quand il travaillait dans ce département, ses supérieurs ont noté un manque à gagner de l’ordre de Rs 5 000 dans la caisse. Ce service gère l’argent des détenus, qu’ils reçoivent de leur famille, et qu’ils utilisent pour s’acheter des commodités à l’intérieur de la prison. L’officier Chokupermal avait la tâche de prendre leurs commandes par écrit et il indiquait aussi aux détenus le montant qu’ils avaient sur leur compte. Après la découverte du «trou» de Rs 5 000, il y a eu un transfert des officiers affectés à ce département. Par la suite, sur ordre du commissaire des prisons, ce département n’a plus été opérationnel. Dylan Chokupermal, qui habite Montagne-Blanche, a été entre-temps transféré à la prison de Grand-Rivière-Nord-Ouest.




Source link

Lexpress

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com