[Sport] Un tour de l’île en mode triathlon pour sensibiliser au cancer pédiatrique

0
30


Alain Fiandino s’est lancé un défi. En deux jours, le trentenaire va faire le tour de l’île à un rythme ultra soutenu : 5 kilomètres de natation, 210 de vélo, 40 kilomètres de course à pied. Sans oublier les 5 kilomètres de dénivelé positif. Un effort intense d’où le nom du challenge : Intenseman. L’objectif, sensibiliser au cancer pédiatrique.

Aujourd’hui et demain, Alain Fiandino ne va pas chômer. Il va parcourir plus de 250 bornes, à pied, à vélo, à la nage. L’effort ne lui fait pas peur, le trentenaire a participé à quatre Diagonales des fous, au Royal Raid à Maurice, à des trails à Madagascar et d’autres courses en métropole. Il est rôdé, il saura gérer l’effort même si c’est la première fois qu’il se lance dans un « ultra triathlon » comme il l’appelle. « Je me suis entraîné toute l’année, je comptais participer au Grand Raid mais il a été annulé… Pour ce défi ça fait quatre mois que je m’entraîne intensément. Deux à quatre heures de sport par jour, une préparation physique et également mentale ».

 

Le Marseillais d’origine est dans les starting-block, l’aventure commence à 6 heures ce lundi matin sur la plage de Saint-Pierre « je ne me mets pas la pression, c’est un événement personnel, pas de dossard, pas d’objectif de temps. Je pars sur 25 à 30 heures d’effort intense, le but, c’est comme au Grand Raid, c’est de terminer ».

 

Le défi Intenseman a germé dans l’esprit du trentenaire il y a un an et demi, il s’est concrétisé il y a six mois. La finalité du challenge : sensibiliser au cancer chez les enfants et récolter des fonds pour le service d’oncologie pédiatrique du CHU et l’association Guériduncancer. « J’avais besoin de défendre une cause qui nous rassemble alors que le coronavirus nous a divisé. D’envoyer un message d’espoir et vu le contexte sanitaire, c’est d’autant plus important. Et puis c’est aussi pour retrouver les bras de mon père, je l’ai perdu à 21 ans, il est mort d’un cancer dans mes bras, je ne suis pas croyant mais j’aime me dire que si je fais le bien, je le retrouverai ».

 

 

Sa force, il la puise essentiellement de là, une déchirure, une cicatrice encore à vif. Ce qui le motive, c’est aussi de mettre en valeur La Réunion. « C’est une île magnifique, je suis tombé amoureux de ses paysages et les Réunionnais m’ont ouvert les bras quand je suis arrivé en 2015. Je me sens chez moi et j’ai envie de faire passer des messages, on peut nager 5 kilomètres à La Réunion sans se faire manger par un requin. On peut s’amuser, profiter des sentiers, se dépasser. C’est un endroit magnifique. Le mot « Intenseman » c’est aussi un clin d’oeil à l’île intense ».

 

 

Il en mène des combats Alain Fiandino, coaché par Pascal Blanc, connu comme le loup blanc, justement, dans le milieu du trail, il ne compte rien lâcher. Il est aussi sponsorisé par des marques de sport péi, « c’était important pour moi de mettre en avant ces marques locales, qui ont une conscience écologique » précise le trentenaire.

 

Et sur les sentiers, des héros viendront lui donner du courage, parcourront un bout de chemin avec lui : Johny Olivar Frédéric Duchemann et d’autres légendes du Grand Raid.

 

Le défi intenseman commence aujourd’hui, c’est parti pour deux jours d’aventure, d’effort, de souffrance. Alain Fiandino va se dépasser, repousser ses limites. il espère que son concept original sera repris « j’aimerais qu’un recordman, un gagnant du Grand Raid fasse ce tour de l’île en mode ultra triathlon ou qu’une grosse organisation comme l’association Grand Raid reprenne le concept et fasse venir des coureurs internationaux, ce serait vraiment un honneur ».

 

F.H



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com