[Société] Opération Kéré 2020 : “Construire un projet réunionnais”

0
136

[ad_1]

MADAGASCAR. Fédérer plusieurs acteurs autour d’un projet réunionnais pour lutter contre la famine dans le Sud malgache. C’est l’objectif de l’association qui vient de lancer l’opération “Kéré 2020”. Rencontre avec son président Jean-Marc Collienne.

D’où vient cet engagement ?

 

En 2006, quand j’étais journaliste à Antenne Réunion, je suis allé réaliser un tout autre sujet dans la région de l’Androy, dans le sud de Madagascar. Je suivais Tavea, un Réunionnais parti à la recherche de ses racines dans le village de son père. Un jour, sur la route, nous avons eu une crevaison. Le village à proximité nous a alerté sur des gens qui mourraient de faim. Nous avons donc changé l’angle du reportage. Les images qui me reviennent souvent, ce sont celles d’enfants complètement amaigris avec le ventre rond. Mais aussi celles de femmes qui mangeaient des feuilles de cactus bouilles mélangées à de la cendre de tamarin pour remplacer la farine infantile. La première opération Kéré 2007 vient de là.

 

Quel était alors l’objectif de l’opération Kéré 2007 ?

 

Nous avions identifié le GRET, une ONG présente sur place depuis longtemps, qui avait un programme de constructions de citernes dans les écoles. C’était évidemment de l’eau pour boire, se laver mais aussi cuire les repas du midi des enfants. Car quand les enfants allaient à l’école, chacun devait amener une petite bouteille d’eau pour cuire le riz de la cantine car il n’y en avait même pas. Les enfants apportaient tous une eau boueuse car ils prenaient l’eau dans des flaques. Nous avions récolté 400 000 euros, c’était complètement inespéré. C’était assez incroyable de voir l’alchimie des personnes qui ont donné. ,Cela a permis de construire 64 citernes et de restaurer des apluvium, ces très grandes dalles qui permettent de récolter l’eau de pluie. Le GRET a estimé que 24 000 enfants et 27 000 villageois ont pu en bénéficier. Cela avait aussi permis d’augmenter la fréquentation scolaire. Comme les enfants avaient de l’eau potable et des repas, les parents les envoyaient à l’école.

 

En quoi l’opération Kéré 2020 est cette année, encore plus que nécessaire ?

 

Le sud de Madagascar fait à nouveau face à une crise alimentaire, qui pourrait être encore plus grave que celle de 2007. Il y a dix jours, j’ai donc proposé à Réunion La Première de remonter une opération Kéré. Nous avons recontacté le GRET pour construire un projet réunionnais qui soit dans la continuité de l’opération 2007. Pour le premier projet, nous étions venu après la crise en finançant les citernes. Là, en 2020, nous sommes vraiment en plein cœur de la crise, il y a un besoin urgent d’aide. L’idée cette année, est de réhabiliter les citernes et de distribuer des légumineux et de la farine infantile. Et nous aimerions mettre en place des projets sur le long terme. Le GRET travaille notamment sur l’agriculture, avec la mise en place de structures qui résistent à la sécheresse. Nous adapterons le projet en fonction des fonds récoltés. On essaiera en tout cas d’en faire la meilleure utilisation possible avec l’idée de rendre compte de ce que l’on en fera.

 

Réunion La Première et le Journal de l’Ile de La Réunion ont signé un partenariat pour cette opération. En quoi la mobilisation des médias est essentielle ?

 

En tant que médias, nous pouvons rendre compte de la situation. En 2007, à Antenne Réunion, nous avions pu rapporter des images des premières constructions des enfants qui avaient commencé à boire l’eau. Pendant trois ans, nous montrions aux Réunionnais et aux Réunionnaises comment leur argent avait été utilisé et nous l’avons fait jusqu’à la clôture de l’opération. Lorsque je suis arrivé à Réunion La Première, il y avait toujours cette idée qu’il serait bien d’y retourner de voir si les citernes fonctionnent toujours. A titre personnel, j’y suis retourné en 2013, et c’était émouvant de voir les citernes avec l’inscription “Dons de la population réunionnaise”. C’est l’expérience la plus marquante de ma carrière. Cette année nous aimerions y aller pour témoigner même si pour le moment, c’est compliqué car il n’y a pas de liaison aérienne. Il faut aussi que les gens réalisent à quel point la situation est dramatique. On ne peut pas être insensible à ce qui se passe là-bas.

 

Comment aider depuis La Réunion ?

 

Il ne faut pas apporter des vivres depuis La Réunion. Il faut confier les fonds aux acteurs professionnels locaux afin qu’ils puissent faire le lien. Pour réunir suffisamment de fonds, nous aimerions fédérer toutes les personnes qui veulent nous rejoindre pour construire un projet réunionnais. Nous sommes en lien avec plusieurs associations comme “Agir pour Mada”, nous avons rencontré l’Evêque et nous sommes soutenus par La Région, le Département, des entreprises et les ménages. Même 5 euros sont significatifs quand on sait que le salaire moyen à Madagascar est de 50 euros par mois.

Jadine Labbé Pacheco 

 

Vous pourrez poser toutes vos questions sur l’opération Kéré lors d’un Facebook Live avec Jean Marc Collienne, ce vendredi matin à 11h sur les page Facebook de Réunion La Première et Clicanoo.

 


 

FAIRE UN DON

 

Grâce au projet de l’association “Kéré”, ce sont 750 ménages vulnérables soit 6000 personnes qui vont rapidement pouvoir bénéficier d’une aide alimentaire. Et avec la réhabilitation des citernes, ce sont 12.000 personnes qui vont bénéficier d’un approvisionnement régulier en eau potable. Mais ces objectifs seront réévalués en fonction des fonds réunis par l’association. Pour mener à bien son projet, “Kéré” a donc besoin de la mobilisation des Réunionnais.

 

Comment donner ?

 

– par chèque. À l’ordre de l’association “Kéré” – 1 rue Roland-Garros – 97400 Saint-Denis
– par virement bancaire

 

IBAN : FR93 2004 1010 2105 9033 4K01 877

 

BIC : PSSTFRPPSDR

 

Des urnes sont également disponibles dans les agences du Journal de l’Île à Sainte-Clotilde et Saint-Pierre

 


 

Le bureau de l’association Kéré 

Daisy Taveha (Secrétaire de direction de l’Éducation Nationale). Irshad Abdul Munaf (DRH cabinet d’Expertise comptable CROWE). Christian Thoulon (responsable de développement OTV). Colette Vanwascapel (gestionnaire logistique Réunion La Première). Lukas Garcia (rédacteur en chef du Journal de l’Ile). Valérie Filain (rédactrice en chef adjointe Réunion La Première).
Fabrice Ramaye (fondateur du groupe Destyn Maloya). Johan Laure (chargé de projet à Fort Dauphin). Jean Marc Collienne (Journaliste Réunion La Première).

[ad_2]

Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com