Temps nuageux avec des averses localisées ce lundi

0

[ad_1]

Le temps sera mi-couvert à nuageux le matin avec quelques ondées

[ad_2]

Source link

MBC

Beauty can be found anywhere…. . #lensculture #photography #mauritiusexplored …

0

[ad_1]

Beauty can be found anywhere…. .
#lensculture #photography #mauritiusexplored #mauritius #mauritius🇲🇺 #mauritiusphotographer #mauritiusisland #sigma70200 #sigmashot #sigma #canon7 #canon7dmark1 #canoneos7d #nature

[ad_2]

Source

West Indies must ‘get back to the basics’: Spin legend Lance Gibbs 

0

[ad_1]

West Indies must ‘get back to the basics’ in order to climb Test rankings, says spin legend Lance Gibbs

  • West Indies spin legend Lance Gibbs said he had feared for West Indies’ future
  • He says they must ‘get back to the basics’ in order to climb back up the rankings
  • However, he says that things are getting better under Jason Holder’s leadership

Richard Gibson for the Daily Mail

Lance Gibbs feared that cricket in the Caribbean was in terminal decline before the resurgence of West Indies in the Wisden Trophy.

Legendary bowler Gibbs, the leading wicket-taker in Tests for almost six years after his retirement, lives in Florida these days but has been in St Lucia to witness some of the skills he feared his successors had consigned to history.

‘All cricketing nations have ups and downs. The fellas are not as keen as they should be. In style most of them have gone for Twenty20, which is like a slog you know?We’ve got to hope we get back to the basics that are necessary as far as the game of cricket is concerned,’ Gibbs, 84, said.

Lance Gibbs is pleased with the leadership of current West Indies captain Jason Holder

Lance Gibbs is pleased with the leadership of current West Indies captain Jason Holder

Lance Gibbs is pleased with the leadership of current West Indies captain Jason Holder

‘Now they’re batting much better, fielding much better and Jason Holder seems to be an extremely good leader. Therefore things are improving.’

In contrast to the heyday team captained by his cousin Clive Lloyd that beat all-comers, West Indies have languished in the lower reaches of the Test rankings for the past two decades.

Taking his place in their record-breaking achievements of the past was off-spinner Gibbs, 84, who between January 31, 1976, and December 27, 1981, sat atop the list of the most prolific bowlers the game had seen.

Lance Gibbs playing in his prime at slip as England's Geoffrey Boycott sweeps to leg

Lance Gibbs playing in his prime at slip as England's Geoffrey Boycott sweeps to leg

Lance Gibbs playing in his prime at slip as England’s Geoffrey Boycott sweeps to leg

Gibbs surpassed Fred Trueman’s tally of 307 before his own mark of 309 was overtaken by Australian Dennis Lillee. So could he ever have envisaged an individual reaching the 700-mark of Shane Warne or the 800 Muttiah Muralitharan managed?

Breaking into a gentle smile, he says: ‘It depends who you’re playing against. I never played against South Africa, I never played against Sri Lanka, Zimbabwe, Bangladesh – come on, I’d have murdered them man, honestly! 

‘There are more countries that are playing now that have been given Test level and some of them shouldn’t have it.’

Advertisement

[ad_2]

Source link

Expat explore : De nouvelles destinations à découvrir – Mopays.com

0

[ad_1]

Expat explore : De nouvelles destinations à découvrir – Mopays.com

De l’Amérique du Sud à l’Asie du Sud-est, en passant par les pays caucasiens et l’Europe, Expat Explore Travel, agence spécialisée dans les circuits touristiques à travers le monde, dont le représentant à Maurice est l’agence de voyages Atom Travel (depuis 2013), a lancé, vendredi, ….
[ad_2]

Source

British Athletics struggle to field a full sprint team ahead of European Indoor Championship

0

[ad_1]

Speed trap! British Athletics faced with a dilemma to field a full sprint team ahead of European Indoor Championship in Glasgow

  • GB are facing selection headache of being unable to deploy a full sprint team 
  • Only three men have fulfilled the qualification criteria for the 60 metres sprint 
  • The European Indoor Championships is coming up next month in Glasgow 
  • Nethaneel Mitchell-Blake, the 200m silver medallist has said he won’t compete 

Riath Al-Samarrai for the Daily Mail

British Athletics are facing the selection headache of being unable to deploy a full sprint team for the European Indoor Championships in Glasgow next month.

A combination of their leading male sprinters not competing at the British Indoors in Birmingham at the weekend, and the underwhelming showing of those who did, has meant only three men have fulfilled the qualification criteria for the 60 metres sprint in Glasgow.

Of that trio, Nethaneel Mitchell- Blake, the European 200m silver medallist, is understood to have made it clear to team bosses that he doesn’t intend to compete in Glasgow, leaving only two of three 60m spots in the squad filled.

Nethaneel Mitchell-Blake, the 200m silver medallist has said he won't compete in Glasgow

Nethaneel Mitchell-Blake, the 200m silver medallist has said he won't compete in Glasgow

Nethaneel Mitchell-Blake, the 200m silver medallist has said he won’t compete in Glasgow

As it stands, that means just Ojie Edoburun, who finished eighth in Birmingham, and Harry Aikines-Aryeetey, who failed to make the final, have met the two requirements of having turned up to the Championships and achieved the qualifying time since the start of the 2018 season. 

None of the top three from Saturday’s 60m final in Birmingham — Dominic Ashwell, Adam Thomas and Jeremiah Azu — have hit the marks of 6.60sec in the 60m or 10.20sec in the 100m.

British Athletics were pinning their hopes on another sprinter delivering the 6.60sec time at the Muller Indoor Grand Prix in Birmingham on Saturday, with the team announcement coming a day later.

That could yet open the door for 2014 world indoor champion Richard Kilty, who has been invited to run at the Grand Prix but has not hit 6.60sec or better since 2017. The mildly embarrassing situation, which could see Britain miss out on a male 60m European indoor medal after taking at least one at each of the past 16 editions, comes despite the nation having arguably its finest generation of sprinters.

Of those top-level runners, none of Reece Prescod, Zharnel Hughes, CJ Ujah or Adam Gemili attended the British Indoors.

Harry Aikines-Aryeetey failed to make the final in Birmingham but is one of few who qualifies

Harry Aikines-Aryeetey failed to make the final in Birmingham but is one of few who qualifies

Harry Aikines-Aryeetey failed to make the final in Birmingham but is one of few who qualifies

Meanwhile, Katarina Johnson-Thompson won long jump gold on Sunday, a day after taking silver in the 60m hurdles.

The heptathlete, who will head to Glasgow as a strong favourite for pentathlon gold in the absence of injured Olympic champion Nafi Thiam, jumped 6.46m — 10cm clear of Jahisha Thomas in second.

Johnson-Thompson, a gold medallist in both the Commonwealth Games and World Indoors last year, said: ‘It is the best I’ve felt at this point in a season. And I don’t want to say all this stuff because it builds it up and I have done that in the past, but I am very happy with how I am, no niggles, and I am coming in confident. Hopefully I can get it right in Glasgow.

‘It’s a real shame about Nafi (who has a calf injury). I was a bit gutted as I wanted to compete against her, but she is a fierce competitor and will be back for outdoors.

‘I haven’t done a pentathlon this year so I don’t know (if she will be favourite) because there are a lot of good girls out there and anything can happen on the day. But if I can concentrate on me and get my events where they need to be, then I don’t see why not.’

Commonwealth high jump silver medallist Morgan Lake cleared 1.94m to win gold.

Advertisement



[ad_2]

Source link

le gouvernement britannique veut plus de temps pour renégocier

0

[ad_1]

A quelques jours du vote des députés britanniques sur l’avenir du Brexit, la première ministre Theresa May souhaite prolonger la période de débat.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 04h17

Temps de Lecture 2 min.

Theresa May à Bruxelles le 7 février 2019.
Theresa May à Bruxelles le 7 février 2019. Francois Lenoir / REUTERS

La première ministre Theresa May va proposer aux députés britanniques de lui accorder un délai supplémentaire pour négocier avec Bruxelles un accord de Brexit remanié, a annoncé dimanche 10 février le secrétaire d’état au logement, James Brokenshire.

Censé quitter l’Union européenne le 29 mars, le Royaume-Uni est en plein flou quant à la forme que prendra ce divorce historique, les députés britanniques ayant massivement rejeté le 15 janvier l’accord négocié pendant de longs mois avec Bruxelles par Theresa May.

La dirigeante conservatrice tente désormais d’obtenir de Bruxelles des concessions susceptibles de recueillir l’aval des parlementaires, mais les discussions buttent toujours sur la question du filet de sécurité irlandais.

Alors que la Chambre des Communes se penchera jeudi sur la stratégie à suivre, James Brokenshire a indiqué dimanche sur la BBC que le gouvernement comptait proposer au Parlement de débattre à nouveau des différentes options possibles pour le Brexit d’ici la fin février, si aucun accord remanié n’a pu être trouvé d’ici là, une manière pour l’exécutif de conserver la main sur le processus.

Lire aussi Brexit : Juncker et May annoncent de nouvelles discussions pour sortir de l’impasse

Les députés censés voter jeudi

Le calendrier initial proposé par le gouvernement prévoyait que, faute d’accord d’ici à mercredi, les députés devaient voter jeudi sur la suite à donner au Brexit.

« Nous aurons évidemment un débat au Parlement (la semaine prochaine), avec une motion qui sera présentée – une motion importante que le gouvernement présentera », a déclaré M. Brokenshire. « Mais je pense qu’il est également important de souligner que le gouvernement s’engagera à ce que si (un nouveau) vote (sur l’accord de Brexit) n’a pas eu lieu d’ici au 27 février, nous permettrons la présentation d’une autre motion ».

Le Labour, principal parti d’opposition au Royaume-Uni, a aussitôt dénoncé une manœuvre visant à gagner du temps pour acculer les députés à un choix « binaire » entre l’accord de Brexit de Theresa May et un « no deal », soit une sortie sans accord, scénario redouté par les milieux économiques.

Theresa May « joue la montre » selon ses opposants

Theresa May « prétend qu’elle fait des progrès alors qu’en réalité, elle joue la montre », a déclaré Keir Starmer, le responsable du Brexit au sein du Labour, dans le journal The Sunday Times. « La semaine prochaine, le Parlement doit dire ça suffit et prendre le contrôle de ce qui se passe », a-t-il ajouté.

Dimanche également, la première ministre a répondu à une lettre que lui avait adressée le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn, dans laquelle il indiquait que son parti soutiendrait l’accord de divorce sous certaines conditions, notamment que le pays reste dans une union douanière.

Theresa May, dans une lettre également, publiée par Downing Street, propose de nouvelles discussions avec les travaillistes, notamment pour étudier des « arrangements alternatifs » afin de régler le problème du filet de sécurité irlandais.

Cette disposition, très critiquée au Royaume-Uni, figure dans l’accord de retrait comme un dernier recours destiné à éviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande du Nord britannique et la République d’Irlande après le Brexit.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A deux mois du Brexit, les Irlandais s’inquiètent : « Notre voisin est devenu fou, et c’est nous qui allons trinquer »

[ad_2]

Source link

Les grands titres de l’express de ce lundi 11 février 2019

0

[ad_1]

En une : Vidéosurveillance – On ne voit plus que ces caméras ; Cyclone – Gelena n’a pas fait de cadeau à Rodrigues ; Année fiscale 2018-2019 – MCB Focus prévoit une hausse du déficit budgétaire.

Vidéosurveillance – On ne voit plus que ces caméras 

Cassis, Bain-des-Dames, Verdun, St-Pierre, La Laura, Sainte-Croix, Camp-Ithier, St-Remy, Centre-de-Flacq, Mon-Loisir, Amaury, Ilot, Arsenal, Wolmar, Flic-en-Flac, Gentilly Moka, Montagne-Ory, Melrose, Ferney… Ce ne sont là que quelques-uns des 2 000 endroits, parfois très paisibles, où Big Brother prend ancrage dans le cadre de «Safe City». Projet assez opaque et cher. Les caméras permettront la reconnaissance faciale et le lancement est prévu pour juillet. Pour avoir une cartographie détaillée, il faut repasser. Comme si on n’allait pas finir pas savoir où elles se trouveront.

Cyclone – Gelena n’a pas fait de cadeau à Rodrigues

Le réseau électrique est à terre. La moitié des routes sont impraticables. Des maisons n’ont plus de toit… Le passage du cyclone Gelena, dans la nuit de samedi à dimanche, n’a pas été sans conséquence pour l’île Rodrigues.

Année fiscale 2018-2019 – MCB Focus prévoit une hausse du déficit budgétaire

Une hausse de 10 points de base, soit 0,1 point de pourcentage. C’est la projection de MCB Focus, publication économique du groupe bancaire MCB, du déficit budgétaire pour l’année fiscale se terminant au 30 juin 2019. Déficit budgétaire estimé à 3,3 % par l’institution bancaire, contre 3,2 % par le ministère des Finances dans son dernier exercice budgétaire de juin 2018.


[ad_2]

Source link

Lexpress

Mike Tyson spotted smoking a foot long joint at marijuana festival

0

[ad_1]

Mike Tyson attempts to become heavy-weed champion of the world as he’s filmed smoking a foot long joint

  • Mike Tyson was spotted smoking a giant joint at a marijuana festival this week
  • The boxing legend actually owns his own 40-acre cannabis ranch in California
  • He’s a believer in the healing powers of the drug, saying he’s smoked it all his life 

Matt Porter For Mailonline

After an impressive boxing career, it appears Mike Tyson has decided to let loose as he heads deeper into his 50s. 

The former world heavyweight champion was spotted smoking a huge joint at a marijuana festival, as he attempted to go from ‘Baddest Man on the Planet’ to ‘Highest Man on the Planet.’

It’s not a one off for Iron Mike, as Tyson actually owns a 40-acre cannabis ranch close to California‘s Death Valley, which he decided to open after the US state legalised weed.

Boxing legend Mike Tyson was spotted smoking a giant joint at a marijuana festival this week

Boxing legend Mike Tyson was spotted smoking a giant joint at a marijuana festival this week

Boxing legend Mike Tyson was spotted smoking a giant joint at a marijuana festival this week

The 52-year-old is a strong believer in the healing and medicinal powers of the drug

The 52-year-old is a strong believer in the healing and medicinal powers of the drug

The 52-year-old is a strong believer in the healing and medicinal powers of the drug

Tyson owns his own 40-acre cannabis ranch in California, and says he's smoked it all his life

Tyson owns his own 40-acre cannabis ranch in California, and says he's smoked it all his life

Tyson owns his own 40-acre cannabis ranch in California, and says he’s smoked it all his life

Tyson even admitted to smoking marijuana before he beat Andrew Golota in 2000, which he won after Golota failed to answer the bell for the third round. 

Tyson scored a technical knockout, however the decision was later changed to a no contest after testing positive for the drug after the fight. 

He says that he has taken cannabis all his life, but claims the Golota fight was the only time he had smoked weed and fought, saying it ‘didn’t affect me. It affected Golota.’ 

Tyson, a strong believer in the healing properties of the drug, even has his own school for prospective weed growers called ‘The Tyson Cultivation School.’ 

After California legalised weed he decided he would sell high quality cannabis from his ranch

After California legalised weed he decided he would sell high quality cannabis from his ranch

After California legalised weed he decided he would sell high quality cannabis from his ranch

Tyson knocked out Golota after smoking weed in 2000, but the result was changed after tests

Tyson knocked out Golota after smoking weed in 2000, but the result was changed after tests

Tyson knocked out Golota after smoking weed in 2000, but the result was changed after tests

He is also looking to advance research of the benefits of marijuana, specifically CBD, which has no psychoactive properties and is use to treat inflammatory ailments. 

It also stands to be a lucrative business for Tyson, with the sales of legal marijuana estimated to reach $24.5billion by 2021, according to Forbes. 

And Tyson certainly didn’t look to be in any pain as the 52-year-old took multiple drags on the giant joint.  

Advertisement

[ad_2]

Source link

huit articles pour comprendre un anniversaire au goût amer

0

[ad_1]

Interminable révolution. Le 11 février, l’Iran fête les 40 ans du soulèvement qui donna naissance à la République islamique. Les associations de quartier ont sorti les fanions. On se chamaille à Karadj (Nord) : le prêcheur de la ville estime que le président du Parlement n’est pas assez « révolutionnaire » pour s’exprimer devant les fidèles, en ce jour pourtant placé sous le sceau de l’« union nationale ». On fait monter la sauce, mais la sauce a un goût amer. L’Iran n’a pas le cœur à la fête.

Un défilé organisé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution en 2018, à Hamedan, Iran.
Un défilé organisé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution en 2018, à Hamedan, Iran. HAMIDREZA AMIRI / EVERYDAY IRAN

Après le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire, en mai 2018, un vent de panique a soufflé sur le pays. Il s’est mué, à l’automne, en une franche dépression. Le retour des sanctions américaines et la dépréciation du rial ont plongé une part de la classe moyenne dans la pauvreté. Grèves et manifestations, disparates, se multiplient.

Lire aussi Iran : une décision absurde aux effets déstabilisateurs

Soyons clairs : la République islamique ne s’écroule pas. John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale américain, avait prédit un peu vite, en 2018, qu’elle « ne survivrait pas jusqu’à son quarantième anniversaire ». Les sanctions américaines renforcent l’appareil sécuritaire. Les bien nommés gardiens de la révolution (la principale force armée du pays) réaffirment leur puissance. Le président Hassan Rohani lui-même devient féroce.

Ce modéré, qui aurait aimé balayer la gloriole révolutionnaire sous le tapis et faire de l’Iran un pays « fréquentable », tente de ne pas perdre la main. Son gouvernement a pris part à une vague de répression massive en 2018. Quelque 7 000 arrestations ont été recensées par l’organisation Amnesty International.

La pression américaine accroît la dépendance de l’Iran à ses parrains russe et chinois, qui l’utilisent comme monnaie d’échange dans leurs propres négociations avec Washington. Cruelle ironie pour cette révolution qui se proclamait « ni d’Est ni d’Ouest ».

Une économie en « longue maladie »

Au Moyen-Orient, cependant, l’Iran demeure la principale puissance, de l’Irak au Liban. Téhéran se tient debout dans les ruines de la Syrie, où le régime de Bachar Al-Assad a survécu à sept ans de guerre. Les forces américaines se préparent à quitter le pays. Vu d’Iran, le retrait régional précipité par Donald Trump est une aubaine. Même si Téhéran craint qu’un désengagement trop rapide d’Afghanistan ne déstabilise son voisin.

Dans un stade de Téhéran lors d’un match de football, en 2018.
Dans un stade de Téhéran lors d’un match de football, en 2018. MOHAMMAD AHANGARI / EVERYDAY IRAN

Téhéran a connu pire isolement, durant la guerre contre l’Irak (1980-1988), puis durant les manifestations du « mouvement vert », en 2009. Et pourtant… Le baril de pétrole à 100 dollars n’est plus qu’un doux souvenir, et l’usure fait son œuvre. L’économie est victime de ce que l’on nomme pudiquement, dans les nécrologies, une « longue maladie ».

L’Iran peut sans doute tenir ainsi deux ans, jusqu’à la prochaine présidentielle américaine. Si M. Trump est réélu, Téhéran n’aura d’autre choix que de renégocier un accord nucléaire, ou bien d’attiser les tensions régionales, voire de relancer ses centrifugeuses.

Les trentenaires questionnent de longue date leurs parents : pourquoi ont-ils fait cette révolution ?

A l’intérieur du pays, dans les milieux d’affaires comme dans les classes défavorisées, un débat sur les capacités de la République islamique à survivre dans sa forme actuelle a pris corps. Les centres de pouvoir, élus et non élus, se paralysent les uns les autres. Le haut clergé prend ses distances avec la politique. Les divisions intestines liées à la succession du Guide suprême, Ali Khamenei, âgé de 79 ans, n’arrangent rien.

Les trentenaires questionnent de longue date leurs parents : pourquoi ont-ils fait cette révolution ? Chez ceux de 20 ans, un nihilisme inquiétant se répand. La classe moyenne, urbaine et éduquée, demeure pourtant un rempart pour l’Etat. En décembre 2017, elle s’est alignée sur le pouvoir en dénonçant des manifestations qui ont emporté quatre-vingts villes, et dans lesquelles quelques slogans appelaient à la chute de la République islamique.

Les enfants prennent la pose dans la camion agricole à Hamedan, Iran 2018
Les enfants prennent la pose dans la camion agricole à Hamedan, Iran 2018 FAEZEH HASHEMI /EVERYDAY IRAN

La classe moyenne voit s’effriter le « pacte républicain » qu’elle avait noué avec M. Rohani : la paix sociale contre un certain respect par l’Etat de l’espace privé. Mais elle y tient encore. Elle a trop à perdre d’un changement de régime. Les émeutes, qui reviendront sans doute, sont nées dans des régions marginalisées, parmi les déçus des promesses révolutionnaires, qui ont perdu patience.

Louis Imbert

Nous avons rassemblé ici huit articles, reportages, rencontres, analyses, portraits et portfolio pour décrypter les mutations d’une société iranienne sous pression :

1/ Quarante ans après la révolution islamique, les métamorphoses d’une famille iranienne, par Ghazal Golshiri

Comme toutes les familles iraniennes, les Salimi n’ont pas échappé à l’histoire depuis 1979. Petites épreuves et grandes tragédies ont façonné chaque nouvelle génération, miroir d’une société en pleine transformation.

2/ Rencontre avec Ali Moadab, poète officiel iranien, par Louis Imbert

En Iran, la poésie est une affaire sérieuse pour la société libérale et la contre-culture comme pour les nostalgiques de la révolution. L’Etat en a fait un instrument de propagande. Ali Moadab l’assume.

3/ Manoto TV, au service des nostalgiques de la monarchie iranienne, par Ghasal Golshiri

Basée à Londres, la chaîne de télévision, dotée d’une riche collection d’images d’archives datant d’avant la révolution de 1979, diffuse avec succès émissions et documentaires à la gloire de la dynastie Pahlavi.

4/ A Qom, la discrète émancipation du haut clergé, par Louis Imbert

Les plus hauts clercs du chiisme résident dans cette ville sainte. En Iran, ils représentent la source de la légitimité du pouvoir. Mais ils cherchent à s’en écarter.

5/ Portfolio : #EverydayIran, le compte Instagram qui défie la censure

Seul réseau social échappant à la censure, Instagram est devenu un jeu national populaire. Sans blâme, les photographes amateurs documentent un territoire bâillonné, enrichissant la mémoire visuelle de leur pays.

6/ Le blues des Iraniens de l’étranger, par Louis Imbert

Depuis la signature de l’accord sur le nucléaire iranien, en juillet 2015, le président Hassan Rohani courtise la diaspora iranienne : environ 1,5 million de personnes dispersées entre Dubaï, la Turquie, les Etats-Unis et l’Europe – principalement en Allemagne et en Suède. Mais ceux qui ont tenté l’aventure se sont heurtés à la méfiance de l’Etat et aux sanctions américaines.

7/ L’Iran, quarante ans d’une obsession américaine, par Louis Imbert

Neuf mois après le début de la révolution islamique iranienne, le 4 novembre 1979, l’ambassade américaine à Téhéran est prise d’assaut. Pendant 444 jours, 52 ressortissants américains vont être retenus en otage. L’impuissance du président des Etats-Unis, Jimmy Carter, précipitera sa défaite à l’élection présidentielle de 1980.

8/ L’éditorial du Monde : le sombre anniversaire de la révolution de 1979

Quarante ans après le soulèvement qui donna naissance à la République islamique, les institutions sont grippées, l’économie est en crise et le pays est isolé sur la scène internationale.

[ad_2]

Source link

Voici la Une du Defi Quotidien de ce lundi 11 février 2019

0

[ad_1]

Voici la Une du Defi Quotidien de ce lundi 11 février 2019
defimedia
lun 11/02/2019 – 06:58

Reclassification du cannabis par l’OMS

Un cadre légal pour éviter les abus vivement souhaité

« Scientifiquement parlant, on ne peut refuser le cannabidiol (CBD)à usage thérapeutique ». Propos du Dr Anil Jhugroo, psychiatre. Selon lui, le cannabidiol, dérivé du cannabis, a des effets bénéfiques dans le traitement de certaines maladies. 

 

Allégation de maldonnes à l’Aapravasi Ghat Trust Fund

Un cadre aurait bénéficié Rs 100 000 sur cinq mois

La commission anti-corruption a ouvert une enquête depuis l’année dernière contre un cadre employé à temps partiel à l’Aapravasi Ghat Trust Fund. Elle tente de déterminer s’il a commis des abus sur les allocations pour des heures supplémentaires et l’acquisition des ustensiles. 

 

Accident à Valton

Un motocycliste de 34 ans tué

Triste fin pour Fabio Poncini, 34 ans. Cet habitant de Calodyne était à moto à Valton quand l’engin a fait une sortie de route. Le jeune homme n’a pas survécu à ses blessures. Une autopsie a été pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, responsable du département médicolégal. Selon les conclusion du rapport post-mortem, Fabio Poncini est décédé de ses multiples blessures.

Par ailleurs, la passagère, qui se trouvait
en compagnie de la victime, a, elle, subi des blessures. Elle est admise dans un établissement de santé privé. L’enquête policière suit son cours en vue de déterminer les causes du drame. 

 

[ad_2]

Source link

Defi Media