«Les regards inquisiteurs, les inconnus qui vous dévisagent» : le quotidien de Géraldine, atteinte de vitiligo 

0
26


Les regards inquisiteurs, les inconnus qui vous dévisagent, c’est une réalité souvent pesante pour Géraldine Baptiste, 22 ans. Elle vient tout juste de terminer des études de langue à l’université de Maurice, et raconte qu’elle vit avec le vitiligo depuis déjà huit ans. 

« Les premières taches sont apparues à l’âge de 14 ans », relate celle dont le visage ovale est parcouru de taches dépigmentées. À un moment critique de son adolescence. 

Les années de collège ont été les pires pour Géraldine, domiciliée à Roche-Bois. Un jour alors qu’elle marchait, confie-t-elle, un jeune garçon qu’elle ne connaissait même pas, s’est arrêté dans la rue pour lui lancer qu’elle était moche. Des paroles qui ont profondément blessé la jeune femme. 

« J’éprouvais un grand mal-être et j’en avais marre de ne pas vivre comme tout le monde », se souvient-elle. 

inter
Géraldine Baptiste lors de sa participation à une compétition de slam en septembre dernier

Des médecins pour trouver la guérison, elle en a visité plusieurs, mais aucun ne lui a trouvé de solution. 

Son refuge, c’était les livres. Géraldine aimait beaucoup lire. D’ailleurs, un de ses livres préférés est de l’auteure mauricienne, Shenaz Patel, « Le silence des Chagos ». Car son grand-père est Chagossien.  

Le slam poésie, son chemin de sortie  

Après les études secondaires au Port-Louis SSS, Géraldine s’inscrit à l’université de Maurice en 2017. Et c’est à partir de là qu’elle va se libérer. « L’université, c’était vraiment une autre expérience tant au niveau du développement de ma personne que de mon interaction avec les gens », raconte celle qui fuyait les foules.  

À l’insistance de son amie, elle participera à son premier concours de slam. Bingo, coup d’essai coup de maître. Elle est sélectionnée pour participer à un spectacle devant une centaine de personnes. 

Elle se laisse rapidement séduire et finit même par oublier sa peur d’affronter les regards, pour donner le meilleur d’elle-même. Depuis, le slam et elle, c’est une histoire d’amour. 

« Le slam poésie m’aide à évacuer toute la frustration que je garde au fond de moi », lâche la jeune fille.  

Géraldine s’épanouit et tel un papillon, elle sort de son cocon. Elle s’inspire de son vécu pour transmettre son ressenti à travers ses textes. « Je termine toujours sur une note positive », dit celle pour qui le pessimisme n’a plus de place dans sa vie.  Désormais, Géraldine est une femme qui s’assume pleinement comme les autres. Elle n’a plus peur de se prendre en selfie ni de marcher et d’être tétanisée par le regard des autres. 

 « La société et les critères de beauté évoluent, c’est une bonne chose »

Pour ne pas être seule, Géraldine a rejoint des communautés sur Facebook, où se sont regroupées des personnes souffrant du vitiligo.

« Ce serait bien d’avoir un groupe pour les Mauriciens », pense-t-elle, avant d’ajouter : « Grâce au slam, j’ai davantage confiance en moi et quelque part, je me sens invincible. Car j’ai eu des moments difficiles, dont j’ai su me relever ».  

Et Géraldine de conseiller à tous ceux qui, comme elle, sont atteints de vitiligo, de ne pas baisser les bras. Car, avec un peu de détermination, rien ne peut faire obstacle à ses rêves. 

inter
Géraldine et son amie, Hanaa Bawamia, avec qui elle partage sa passion pour le slam

 

Qu’est-ce que le vitiligo ?  

Le vitiligo est une maladie chronique de la peau qui se caractérise par des dépigmentations. Ces dépigmentations forment des taches blanches qui peuvent affecter n’importe quelle partie du corps. Généralement, les zones les plus touchées sont le visage, le cou, les mains, mais aussi les plis cutanés. Les pourtours de ces taches peuvent être lisses ou irréguliers, avec ou sans inflammation.  

Le vitiligo peut également se développer à la racine des cheveux, qui deviennent alors blancs ou gris. À savoir qu’il existe deux types de vitiligo reconnus : le vitiligo segmentaire et le vitiligo généralisé. Dans le premier cas, les taches se limitent souvent à une seule partie du corps et n’évoluent guère. 

 Dans le deuxième cas, les taches sont bilatérales et symétriques. Le vitiligo est causé par un manque de mélanine dans la peau. Pour l’instant, il n’existe toujours pas de traitements contre le vitiligo. En revanche, il existe des moyens d’améliorer l’apparence de la maladie et de rendre les taches moins visibles.

 

source : www.defisante.mu

 





Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com