les Britanniques téléchargent en masse leur application de traçage NHS Covid-19

0
45

[ad_1]

L’application NHS Covid 19 de traçage des contaminations au SARS-CoV-2 pour l’Angleterre et le Pays de Galles.

Malgré une très longue gestation et quelques ratés, le succès semble enfin au rendez-vous. Quatre jours après son lancement officiel, le 24 septembre, l’application NHS Covid 19 de traçage des contaminations au Covid-19 pour l’Angleterre et le Pays de Galles avait déjà été téléchargée 12,4 millions de fois (soit par plus d’un cinquième des populations concernées).

« Il s’agit de l’application avec la vitesse d’adoption la plus impressionnante de toute notre histoire », s’est félicité Matt Hancock, le ministre de la santé britannique, lundi 28 septembre, à la Chambre des communes. L’Ecosse a lancé sa propre application le 10 septembre (« Protect Scotland »), qui remporte elle aussi un franc succès, avec 1 million de téléchargements une semaine après sa sortie (1/5e de la population).

Lire aussi Coronavirus : les autorités françaises appellent à nouveau à installer l’application StopCovid

Comme de nombreuses autres applications en Europe – dont la française StopCovid, qui n’a pour l’instant convaincu que 2,5 millions d’utilisateurs –, la NHS Covid-19 anglo-galloise est basée sur une technologie mise à disposition par Apple et Google, garantissant une gestion anonyme et décentralisée des données personnelles des utilisateurs. Ces derniers doivent entrer les trois premières lettres/chiffres de leur code postal. Ils reçoivent une alerte leur conseillant de se mettre en quarantaine (quatorze jours au Royaume-Uni) s’ils ont été en contact rapproché avec une personne testée positive au virus (les smartphones dialoguent entre eux via Bluetooth).

Des codes QR à l’entrée des pubs

L’application NHS Covid-19.

Les données ne sont pas conservées plus de quatorze jours, est-il assuré, et, surtout, le non-respect des quarantaines notifiées par l’application n’est pas sanctionné par la loi. Ne sont susceptibles d’être sanctionnés d’une amende (jusqu’à 10 000 livres, tout de même) que les personnes ayant été contactées par le système officiel de traçage britannique (« Test & trace »).

Lire aussi StopCovid : la CNIL constate une amélioration du fonctionnement de l’application

Le gouvernement Johnson avait lancé le développement de son application en mai dernier, optant initialement pour une technologie centralisée, suscitant de nombreuses inquiétudes du côté des organisations de défense des libertés en ligne. Les premiers essais, sur l’île de Wright, se sont révélés très peu concluants. Le projet a été discrètement enterré à la fin du printemps – il aura tout de même coûté plus de 11 millions de livres au contribuable britannique.

De nombreux pubs et restaurants ont commencé à adopter l’application NHS Covid-19, proposant à leurs clients de scanner grâce à elle un code QR plutôt que de s’enregistrer à leur arrivée sur leur propre application ou sur un bout de papier (en donnant leur nom et un numéro de téléphone). « Même moi qu’on qualifie souvent de libertarien, j’ai fait la bonne chose à faire, j’ai téléchargé l’application, elle tourne en ce moment d’ailleurs », a lancé Steve Baker, député conservateur de premier plan, depuis la Chambre des communes, lundi.

Il vous reste 30.07% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

[ad_2]

Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com