la victoire de Bakou change la donne territoriale

0
20


Par , , , et

Publié aujourd’hui à 14h58

Le 10 novembre, l’entrée en vigueur du cessez-le-feu signé sous l’égide russe entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie a mis fin aux combats qui les opposaient depuis le 27 septembre au Haut-Karabakh. Si ce conflit, vieux de trente ans, est de nouveau gelé, la victoire de Bakou change la donne géopolitique dans cette enclave montagneuse du sud du Caucase.

Mer
Caspienne

Arménie

Azerbaïdjan

Géorgie

RUSSIE

TURQUIE

Iran

Bakou

Erevan

Ligne
de cessez-
le-feu
de 1994

  zone tampon

A partir de 1991, date de la proclamation d’indépendance du Haut-Karabakh, et jusqu’en 1994, les indépendantistes karabakhtsis soutenus par les forces arméniennes affrontent l’armée azerbaïdjanaise. Le bilan total est estimé à 30 000 morts. A la suite de la victoire de l’Aménie, l’Azerbaïdjan est amputé de 14 % de son territoire : l’enclave du Haut-Karabakh, mais aussi sept districts avoisinants, transformés par Erevan en une zone tampon, vidés de leur population azerbaïdjanaise. Depuis, les négociations en vue de définir le statut de l’enclave et sur l’éventuelle restitution des districts ont échoué.

Les gains territoriaux de l’Azerbaïdjan

Territoires repris par les armes,

depuis le 27 septembre

Territoires que l’Arménie doit restituer

avant le 1er décembre

Districts perdus par Bakou en 1994,

que les forces arméniennes doivent rétrocéder

Date prévue du retrait arménien des districts

Création d’un corridor avec le territoire azerbaïdjanais du Nakhitchevan,

sous protection des forces d’interposition russes, prévue par l’accord de cessez-le-feu

Le Haut-Karabakh après la défaite arménienne et le cessez-le-feu

Limite du Haut-Karabakh

ayant fait sécession en 1991, dont le statut n’est pas défini

Territoires perdus depuis le 27 septembre

Territoire du Haut-Karabakh après le cessez-le-feu, où se déploie une force d’interposition russe

(2 000 soldats) à partir du 10 novembre, pour une durée de cinq ans

Le Haut-Karabakh après la défaite arménienne et le cessez-le-feu

Postes russes d’observation du cessez-le-feu

Bataillons russes motorisés

Corridor de Latchine,

« cordon ombilical » avec l’Arménie, coupé par la prise de Chouchi

Création d’un corridor avec l’Arménie,

sous protection des forces d’interposition, russes, prévue par l’accord de cessez-le-feu

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Nous avons surestimé nos capacités » : dans le Haut-Karabakh, la débâcle de l’Arménie

Fort de sa victoire militaire, en partie obtenue grâce au soutien de la Turquie, Bakou garde les positions reconquises dans le Haut-Karabakh, et récupère la totalité des districts. Le retrait des forces arméniennes de ces territoires doit s’effectuer progressivement jusqu’au 1er décembre. Les accords de cessez-le-feu ne mentionnent pas le sort réservé aux civils arméniens, qualifiés par Bakou de « colons illégaux ».

La « République d’Artsakh », enclavée dans les territoires reconquis par l’Azerbaïdjan, est réduite à peau de chagrin. Désormais, seul un fragile corridor contrôlé par l’armée russe le relie à l’Arménie. Les forces russes doivent être déployées sur les reliquats de l’ancienne république sécessionniste pendant au moins cinq ans.

Il vous reste 0% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com