Google suspend les publicités politiques en raison des risques de violences

0
17


A une semaine de l’investiture du président élu Joe Biden, et alors que la ville de Washington a été placée en état d’urgence jusqu’au 24 janvier, Google, face au risque d’appels à la violence qui pourraient en découler, a ce mercredi 13 janvier décidé de mettre les publicités politiques sur pause.

D’après l’un de ses porte-parole, le géant de la recherche en ligne inclut dans cette mesure « toutes les annonces faisant référence à la mise en accusation [du président sortant, Donald Trump], à l’investiture ou aux manifestations du Capitole », survenues le 6 janvier, et qui ont choqué le pays et terni son image à l’international.

Après avoir suspendu la chaîne YouTube de Donald Trump pour une durée d’une semaine, la filiale d’Alphabet pourrait maintenir ces mesures, prises « à la suite des événements sans précédent de la semaine dernière », et ce au moins jusqu’au lendemain de l’investiture présidentielle.

Lire aussi Suspension de comptes de Donald Trump : « Les réseaux sociaux n’opèrent pas au-dessus des lois »

Recrudescence des signes précurseurs de violences

Depuis l’assaut du Capitole, Facebook a de son côté repéré une recrudescence des signes précurseurs de violences en rapport avec la contestation du résultat de l’élection présidentielle américaine, a indiqué une porte-parole du groupe mercredi. L’irruption de partisans de Donald Trump dans l’enceinte du Congrès semble en avoir galvanisé d’autres, a-t-elle expliqué.

Parmi ces derniers, certains cherchent à organiser des rassemblements un peu partout aux Etats-Unis et à des dates proches de l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier, a poursuivi la porte-parole, qui a souhaité rester anonyme pour des raisons de sécurité. Facebook a notamment repéré la diffusion de tracts numériques de milices et de groupes appelant à une nouvelle insurrection.

La police fédérale américaine s’attend à des manifestations armées dès le 16 janvier, non seulement à Washington, mais aussi dans les capitales des 50 Etats américains.

Lire aussi : Donald Trump nie toute responsabilité dans les violences au Capitole

Notre sélection d’articles sur l’élection présidentielle aux Etats-Unis

Retrouvez tous les articles de nos correspondants ici.

Sur l’élection :

Sur l’occupation du Capitole :

Et aussi :

Le Monde avec AFP et Reuters



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com