Forum-débat : la place de la femme dans la société n’est pas négociable

0
243


Il faut faciliter l’intégration des femmes dans la société. C’est ce qui ressort du forum-débat ‘Projet de Société’ à l’initiative de Malenn Oodiah et du Défi Media Group. La 8e edition, qui avait pour thème : « La femme, la moitié du ciel » a vu la participation de Mylène Lecoq-Bamboche, psychologue, employée à l’Open University de Maurice ; Bhavna Fowdur, avocate et défenseuse des droits humains ; Jonathan Ravat, anthropologue et responsable de la discipline d’études sociales à l’Institut Cardinal Jean Margéot, et Megha Venketasamy, Life Coach et Women Circle Facilitator.

Mylène Lecoq-Bamboche : «disparité dans les salaires»

La situation de la femme équivaut à un long combat qu’on mène encore de nos jours malgré tous les protocoles signés. Cela frôle l’irrationnel qu’on discute encore de la place de la femme alors qu’elle contribue dans plusieurs sphères de la société, on ne peut la considérer comme de seconde catégorie. Il y a encore une disparité des salaires qui doit se négocier dans le privé contrairement au service public.

Bhavna Fowdur : «L’inégalité persiste»

Le pays a introduit des lois pour protéger la femme pour plus d’égalité. Mais les lois ne suffisent pas, car il y a encore beaucoup d’inégalité. La femme n’est  toujours considérée que comme un objet sexuel. Il faut revoir le système en ce qu’il s’agit de l’ordonnance de protection. En dépit d’un renforcement des lois, elles continuent à subir diverses formes de violence. Il faudrait donner la possibilité aux policiers d’émettre une ordonnance de protection intérimaire suite à une évaluation des risques. Si son agresseur ne subit aucune sanction, cela va l’encourager à continuer.

Megha Venketasamy : «La place de la femme n’est pas négociable»

La place de la femme dans le monde n’est pas une question de compétence. Dans beaucoup de cas, elle travaille dur pour démontrer qu’elle est apte à occuper le poste. Les compagnies n’ont pas de structures pour protéger les femmes. Même si dans le service public, il y a davantage de femmes au sommet de la hiérarchie, cela ne veut pas dire qu’elles ont les coudées franches pour évoluer.

Jonathan Ravat : «La femme est sujette à des droits inviolables»

La journée du 8 mars est une Journée pour les droits de la femme, elle n’est pas festive. En observant cette journée, c’est redire que la femme en tant qu’humain est sujette à des droits inviolables. Le plus grand piège, c’est de croire que tout est acquis. Le travail, c’est de rappeler quelque chose qui est évident : que la femme doit prendre une place holistique dans le développement de la société. C’est inadmissible qu’il y ait une disparité de salaire pour le même poste attribué à une femme et à un homme. Soit on reste dans les acquis, soit on fait appel à la Human Rights Commission ou à l’Equal Opportunities Commission pour changer les choses.



Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com