deux jours après une fusillade près de New York, l’attaque requalifiée en acte antisémite

0
119


Le maire de Jersey City, Steven Fulop, s’exprime lors d’une veillée en hommage aux victimes de la fusillade, le 11 décembre 2019.
Le maire de Jersey City, Steven Fulop, s’exprime lors d’une veillée en hommage aux victimes de la fusillade, le 11 décembre 2019. Eduardo Munoz Alvarez / AP

La fusillade semblait initialement relever du banditisme. Deux jours après la mort de quatre personnes, en plus des deux suspects, dans une épicerie casher de Jersey City (New Jersey), les autorités ont confirmé traiter l’affaire comme un acte « alimenté par l’antisémitisme » et « la haine de la police », jeudi 12 décembre.

« Nous pensons que les suspects avaient des vues témoignant d’une haine des juifs et d’une haine des forces de police », a déclaré le procureur de l’Etat du New Jersey, Gurbir Grewal, en se fondant sur les éléments collectés et les déclarations des témoins interrogés.

Lire aussi Aux Etats-Unis, les actes antisémites en forte progression

L’attaque avait transformé un quartier de cette ville de la proche banlieue new-yorkaise, mardi après-midi, en scène de guerre. Plus d’une centaine de coups de feu ont été échangés en plus de deux heures entre la police et les tireurs entrés dans l’épicerie, tandis que les écoles et hôpitaux du quartier étaient fermés, leurs occupants retranchés à l’intérieur, jusqu’à la tombée de la nuit. « Je confirme que nous traitons cette affaire comme un acte de terrorisme intérieur alimenté par l’antisémitisme et par des vues anti-forces de l’ordre », a ajouté le procureur.

Les tireurs lourdement armés

M. Grewal a par ailleurs fait savoir que les tireurs – un homme et une femme – avaient « exprimé un intérêt » pour l’organisation des Black Hebrew Israelites. Ce groupe, très éclaté, a été qualifié dans le passé d’organisation extrémiste par le Southern Poverty Law Center, une association qui suit les activités extrémistes américaines. Le procureur de l’Etat du New Jersey a cependant souligné n’avoir pour l’instant aucune preuve qu’ils appartenaient à cette organisation ou à toute autre.

Les tireurs, qui formaient un couple, selon des médias américains, étaient lourdement armés : les enquêteurs ont retrouvé cinq armes qu’ils semblent avoir utilisées, y compris une arme semi-automatique de type AR-15, qu’aurait utilisée le premier tireur en entrant dans l’épicerie, et un fusil manié par le second.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Etats-Unis confrontés à la poussée de l’antisémitisme

La fusillade avait démarré à la mi-journée près d’un cimetière de la ville, lorsqu’un détective qui enquêtait sur un homicide s’était approché de la camionnette où se trouvaient les deux suspects. Il a été le premier abattu. Les tireurs ont ensuite roulé jusqu’à l’épicerie, à environ 1,5 km de là. Une fois garés, ils se sont dirigés immédiatement vers l’épicerie, a souligné le procureur.

« Une tendance croissante à l’antisémitisme violent »

Les trois personnes qui ont été retrouvées mortes ont, selon les éléments disponibles, « été abattus quelques minutes après que les suspects ont pénétré dans le magasin », a-t-il ajouté. Une quatrième personne, présente dans le magasin quand la fusillade a commencé, a été touchée, mais ses blessures sont sans gravité, avaient indiqué la veille les autorités.

Lire aussi Donald Trump signe un décret controversé pour élargir la définition de l’antisémitisme sur les campus

La fusillade a suscité une vive émotion à Jersey City, une ville de 270 000 habitants à la population très mélangée, où s’est installée ces dernières années une petite communauté hassidique fuyant les loyers en hausse de Brooklyn. Le maire de Jersey City, Steven Fulop, avait dès mercredi matin parlé d’antisémitisme et souligné que les tireurs avaient visé délibérément l’épicerie, mais les autorités étaient restées prudentes dans un premier temps, se gardant de qualifier l’attaque.

Le maire de New York, Bill de Blasio, avait lui aussi rapidement dénoncé l’attaque comme le signe d’« une tendance croissante à l’antisémitisme violent », et renforcé la protection des sites de la communauté juive dans la capitale financière américaine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’antisémitisme comme symptôme d’un engrenage menaçant la démocratie »



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com