comme la Slovaquie, l’Autriche veut tester toute sa population avant Noël

0
15


Test de dépistage du Covid-19 le 27 novembre à Korneuburg, en Autriche.

En Europe, quelques pays ou régions ont déjà fait l’expérience de dépistages massifs à l’échelle de la population. L’expérience la plus ambitieuse a été menée en Slovaquie, pays d’Europe centrale comptant 5,5 millions d’habitants, qui a opté pour des tests antigéniques. Les Slovaques ont d’abord été invités à venir tous se faire tester le premier week-end de novembre, la campagne a ensuite été renouvelée deux week-ends dans les régions les plus touchées. Près des deux tiers des habitants se sont déplacés, alors que ceux qui refusaient de le faire étaient menacés de mise en quarantaine.

Lire le reportage : En Slovaquie, une campagne de test de la population au coronavirus « digne du Débarquement »

Environ 1 % des personnes testées se sont révélées positives, soit 38 000 personnes. Le premier ministre, Igor Matovic, a vanté ce résultat, mais les experts sont plus dubitatifs. Trois semaines après la vague de tests, le nombre d’infections a plongé dans le pays, mais difficile de savoir si cette baisse est attribuable à la campagne de dépistage massif ou aux mesures de confinement décrétées en parallèle fin octobre. « Ce que l’on constate, c’est que le virus continue à circuler, ça n’a pas eu, semble-t-il, un effet extraordinaire sur le taux de reproduction : il est actuellement de 0,90 en Slovaquie, contre 0,72 en France, par exemple. La descente est beaucoup plus rapide en France qu’en Slovaquie », observe Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l’université de Genève (Suisse).

Baisse artificielle

Le gouvernement slovaque a lui-même reconnu que les tests antigéniques gratuits ont pu en outre faire artificiellement baisser le nombre de tests PCR – payants lorsqu’ils sont commandés sans ordonnance dans ce pays –, qui servent de seule base de données pour les bulletins épidémiologiques quotidiens. Ce qui ne l’a pas dissuadé de poursuivre cette stratégie. Mardi 24 novembre, Igor Matovic a annoncé que le dépistage national lancé en novembre serait répété en décembre, sur trois week-ends, afin que les Slovaques puissent profiter des vacances de Noël.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les tests de masse, nouvelle stratégie pour éviter une troisième vague de Covid-19 ?

L’Autriche voisine a également indiqué sa volonté de tester toute sa population le week-end juste avant Noël. Pour écarter les faux positifs attribués aux tests antigéniques, Vienne prévoit de refaire tester par PCR tous les cas positifs, mais le conseil scientifique auprès du gouvernement a fait part de ses réticences. L’épidémiologiste Gerald Gartlehner estime ainsi dans le quotidien Der Standard que, sur la base de 2 % de faux positifs sur 5 millions de personnes testées, cela ferait tout de même 100 000 personnes à confirmer par PCR, « ce qui débordera notre capacité de test », s’inquiète-t-il.

De son côté, après l’avoir envisagé, la Suisse a renoncé à dépister massivement sa population. « Aujourd’hui, la task force du Conseil fédéral n’est pas favorable à ces tests de masse », explique Antoine Flahault. L’instance scientifique helvétique invoque la moins bonne sensibilité des tests antigéniques et la lourdeur logistique que cela implique. « Le pays est plus complexe que la Slovaquie, la Suisse comprend des cantons très autonomes, ce serait une campagne beaucoup plus difficile à mettre en œuvre logistiquement et politiquement », conclut le professeur de santé publique.

Lire aussi Covid-19 et dépistage massif de la population : chaque pays a son approche



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com