« Beaucoup d’acteurs libanais préfèrent nous ramener à la guerre civile, plutôt que d’accepter une réforme »

0
46


Alain Bifani, ex-directeur général du ministère libanais des finances à Washington en 2013.

Directeur général du ministère des finances libanais pendant vingt ans, Alain Bifani en a claqué la porte en juin 2020, dénonçant la façon dont la crise financière était gérée par l’establishment politico-financier. Il soutient l’initiative du président Macron − qui doit revenir à Beyrouth mardi 1er septembre − de demander au Liban de mettre en place un « gouvernement de mission ».

La double explosion du 4 août illustre-t-elle la défaillance systémique de l’Etat ?

De nombreuses zones d’ombre persistent : qui a fait entrer ce nitrate d’ammonium au Liban, et pourquoi ? Qui était chargé de ce stock ? Mais cela s’inscrit aussi dans un contexte de corruption, d’absence de contrôle efficace, de manque de courage. Le système politique est conçu de manière à ce que les responsabilités soient diluées. Il y a bien longtemps qu’un gouvernement ne s’est plus attelé à faire de choix stratégiques : ni sur la crise des réfugiés syriens [1,5 million, à rapporter à une population d’environ 4,5 millions de Libanais], ni sur la politique de défense, ni sur la politique étrangère, ni sur l’aménagement du territoire. Depuis combien d’années parle-t-on de l’électricité [qui est rationnée] ou de la gestion des déchets, sans qu’aucune solution pérenne ne soit trouvée ?

Que penser de la classe politique, plus encline à lancer des accusations qu’à se remettre en cause après la déflagration ?

Il y a eu une seule conséquence politique jusqu’ici : la démission du gouvernement de Hassan Diab [un cabinet se revendiquant technocrate, formé en janvier 2020, avec le soutien des partis de l’alliance du Hezbollah, les autres se rangeant dans « l’opposition »]. Faire porter à ce gouvernement la responsabilité de l’explosion est ridicule. C’est un exécutif qui a manqué de courage, mais il a eu le mérite de voter un plan de sauvetage, et de demander un audit [indépendant] de la banque centrale du Liban [qui n’a pas eu lieu]. Il est sidérant que les plus hautes autorités libanaises n’aient pas accès au montant des pertes et des réserves de la banque centrale !

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Liban, le Hezbollah est sur la défensive depuis l’explosion

Pourquoi ce plan de sauvetage n’a-t-il pas été mis en œuvre ?

Le soutien du FMI et d’autres acteurs [internationaux] était immense. Le FMI a validé l’état des lieux dressé par le gouvernement. Mais ce dernier a plié sous les coups d’une campagne médiatique hostile et face à des députés et des banques qui s’y opposaient. Les chefs de clans, qui sont les gardiens du temple de ce système, ont alors laissé faire. Le plan de sortie de crise a été saboté pour éviter des réformes.

Il vous reste 63.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com