Affaire Toofany: «Mon mari était en bonne santé la veille de son décès»

0
317


Amiirah Toofany était en cour intermédiaire ce jeudi 7 mars. (Photo d’archives)

Amiirah Toofany était en cour intermédiaire ce jeudi 7 mars. (Photo d’archives)
 

Elle a défilé à la barre des témoins, devant la magistrate Niroshni Ramsoondar de la cour intermédiaire, ce jeudi 7 mars. Amiirah Toofany, veuve d’Iqbal Toofany, a, lors de l’interrogatoire mené par Me Azam Neerooa, assisté de Me Roshan Santokhee, du bureau du Directeur des poursuites publiques, confirmé que son mari n’était pas sous l’effet de la drogue ni de l’alcool. Cela, dans le cadre du procès intenté aux quatre policiers : Vikash Persand, 39 ans, Ghislain Marie Ronny Vincent Qaiqui, 37 ans ; Jean François Numa, 39 ans et Joshan Raggoo. Ils sont poursuivis sous une accusation de «torture by public official» en vertu de l’article 78(1) (a) (i) du Code pénal.

«Il était en parfaite santé», a déclaré Amiirah Toofany. Contre-interrogée par Me Gavin Glover, Senior Counsel, assisté de Me Ludovic Balancy, le témoin, a soutenu que la veille de son décès, soit le 1er mars 2015, son mari avait quitté la maison après 23 heures. «Wi, a enn moman doné, mo misié dir li ti pé sorti.» Elle a tenu à préciser que son époux exerçait le métier d’électricien.

Pour rappel, Iqbal Toofany, 42 ans, est décédé à l’hôpital Victoria, Candos, en mars 2015, au lendemain de son arrestation pour une affaire de vol par la police de Rivière-Noire. Il avait été arrêté à un barrage routier alors qu’il se trouvait à bord d’une Toyota Vitz, car sa vignette ne correspondait pas à sa plaque d’immatriculation.

Le procès se poursuivra le 21 mars devant la magistrate Niroshni Ramsoondar.




Source link

Booking.com