Hôpital Victoria : mystère autour de l’accouchement de jumeaux

0
34


Cette mystérieuse affaire de jumeaux de la famille Calis fait grand bruit au ministère de la Santé. Une éducatrice de 30 ans, qui réside à Poudre d’Or Hamlet, dit avoir accouché de jumeaux à l’hôpital Victoria, Candos le 23 juin dernier. Une fille et un garçon qui sont nés à 10 minutes d’intervalles autour de 22h30. Elle maintient avoir allaité un des bébés les jours suivants jusqu’à ce qu’elle quitte l’hôpital vendredi. 

Cependant, la version qu’elle a donnée à la police ne corrobore pas avec celle du personnel soignant de l’hôpital. 
Certes, ils disent, en effet, avoir accueilli une patiente du nom de Neelam Calis, aux dates mentionnées, mais le fait qu’elle a accouché ne figure pas dans les dossiers de l’hôpital. Le récit du couple concorde avec celui des autorités, sauf la naissance des bébés. La mère a porté plainte au poste de police situé dans l’enceinte de l’hôpital. Elle a fait la chronologie de son accouchement aux enquêteurs.

Dans sa déposition, l’enseignante affirme qu’elle était enceinte de 8 mois et demi et suivait des traitements avec un médecin du privé à Baie-du-Tombeau. Le 23 juin dernier, elle s’est rendue à l’hôpital Victoria à Candos, car elle avait mal à l’oreille. Elle a été admise dans la salle A8.

Accouchement par césarienne

Le même jour, elle aurait été examinée par un gynécologue qui l’a informée qu’elle devait accoucher par césarienne. 
Cependant, à 22h30, elle a été transférée à la maternité où elle a donné naissance à un garçon et une fille à 10 minutes d’intervalle et cela par voie basse. Après l’accouchement, elle est retournée à la salle A8 au lieu d’être transférée à la maternité…

Les deux bébés, dit-elle, ont été placés dans un incubateur, vu leur faible poids de naissance. La mère a eu la permission de quitter l’hôpital le vendredi 26 juin dernier. Par contre,  ses deux bébés sont restés à Candos. À deux reprises, elles dit les ont rendus visite, en l’occurrence le samedi 27 et le lundi 29 juin pour les allaiter. Puis, dans la matinée du 1er juillet, le personnel médical l’a informée que ses jumeaux sont décédés, mais les dépouilles n’ont pas été remises à la famille pour les funérailles. La raison avancée par le personnel médical  est que les deux nourrissons n’avaient pas encore été déclarés, a indiqué l’enseignante aux enquêteurs. 

Le père : « Zame monn guet bebe »

Le père des jumeaux a témoigné dans l’édition d’Info Soirée de mercredi. Il a raconté qu’il avait accompagné son épouse à l’hôpital Victoria, Candos et souhaite que le personnel de cette institution visionne les caméras CCTV pour vérifier. 

« Zame monn guet bebe. Banla dir mwa akoz viris zot pa le kapav pran risque montre bebe. Mari problem. Pa kone kot zanfan », a déclaré le père des jumeaux.

 

La version du ministère de la Santé sur l’affaire des jumeaux Calis

« La jeune femme est bel et bien venue à l’hôpital Victoria ce mercredi pour informer le personnel du décès présumé de ses jumeaux. Une plainte a été déposée par la famille. L’affaire a été référée à la police », explique une source officielle du ministère de la Santé. Cependant, précise-t-elle, au niveau de l’hôpital, il ne dispose d’aucun document ou d’entrées concernant l’accouchement.   

« Cette patiente s’est présentée à l’hôpital Victoria à deux reprises », explique cette source.  « D’abord le 23 mai dernier et ensuite le 23 juin pour une douleur à l’oreille.  Étant diabétique, elle a été admise », indique-t-on. Selon le ministère, la patience avait précisé le 23 juin dernier qu’elle avait accouché par césarienne 15 jours de cela. 

Il nous revient que le ministre Jagutpal a été mis au courant de la plainte par des proches du couple. Il dit souhaiter qu’une enquête soit initiée pour faire la lumière sur toute cette affaire.





Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com