en Italie, l’épidémie donne des signes de ralentissement

0
25
Booking.com


Après un mois de confinement général en Italie, les mesures de distanciation sociale semblent commencer à porter leurs fruits. C’est du moins l’espoir des autorités italiennes au vu des chiffres enregistrés par la protection civile italienne et publiés tous les soirs à 18 heures, qui enregistrent plusieurs baisses.

Ces dernières 24 heures, le Covid-19 a tué 570 personnes supplémentaires en Italie et 3 951 cas de plus ont été recensés. Des chiffres qui restent élevés, mais qui sont moindres que les précédents. La baisse la plus nette est celle des décès (- 6,5 %), tandis que celle des nouveaux cas quotidiens enregistre un recul très similaire de 6 %.

Lire aussi Coronavirus : comment l’Italie compte sortir « graduellement » de la pandémie

Plus globalement, depuis le début de l’épidémie, le nombre de nouveaux cas quotidiens commence à décroître après un plateau de deux semaines. Le pic, lui, semble avoir été atteint le 21 mars, avec un record de 6 557 nouveaux cas enregistrés sur le sol national.

En termes de mortalité, le pic a été atteint six jours après celui des cas, le 27 mars, jour où près de 1 000 décès dus au Covid-19 ont été recensés dans le pays. La baisse est depuis régulière, et devrait se confirmer dans les jours à venir.

Enfin, autre indicateur intéressant, le nombre de personnes en soins intensifs dans les hôpitaux italiens recule lui aussi pour la septième fois d’affilée, après un pic le 3 avril. Il s’établit désormais à 3 497, après une lente stabilisation observée depuis dix jours.

Le nombre total de cas confirmés a pour sa part augmenté à 147 577, contre 143 626 jeudi, une hausse inférieure au jour précédent qui vient ajouter aux signes selon lesquels l’épidémie aurait atteint un plateau en Italie un mois après l’instauration d’un confinement national le 10 mars.

En dépit de « la réduction des arrivées aux urgences et dans les soins intensifs (…) nous sommes en pleine bataille », a mis en garde, mardi, le ministre de la santé italien, Robert Transpercé. « La seule arme que nous ayons, c’est la distanciation sociale, le respect des règles. Nous ne devons pas penser avoir remporté la bataille. La situation est et reste sérieuse, on ne peut pas la sous-estimer », a estimé le ministre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Lombardie, loin des bilans officiels, la tragédie des morts cachés du coronavirus

Notre sélection d’articles sur le coronavirus



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com