La « politique de générosité » intéressée de la Chine et de la Russie en Italie

0
15
Booking.com


Des médecins de la Croix-Rouge chinoise à leur arrivée à Rome, le 13 mars.
Des médecins de la Croix-Rouge chinoise à leur arrivée à Rome, le 13 mars. ALFREDO FALCONE / AP

C’est de bonne guerre, serait-on tenté de dire. L’aide apportée par plusieurs pays à l’Etat italien, l’un des plus meurtris par la pandémie de Covid-19, a été abondamment relayée en images, tels ces cinquante-deux médecins et infirmiers cubains dépêchés par La Havane, filmés à peine débarqués, le 22 mars, avec drapeau dans une main et portrait géant de Fidel Castro dans l’autre.

« Nous devons accomplir notre mission révolutionnaire », dira même l’un d’eux, cité par Radio France internationale (RFI), alors que l’île caribéenne manque cruellement de moyens. Pour d’autres, comme la Chine et la Russie, la solidarité a pris des allures de propagande, au point que le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell, s’en est ému.

Lire aussi Coronavirus en Italie : « Une double réalité : un nombre de positifs sous-évalué et des hôpitaux qui craquent »

Evoquant « non une guerre mais des batailles à mener », sanitaire et économique, contre le coronavirus, le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la sécurité en a ajouté une nouvelle, lundi 23 janvier, sur le front des informations. « Nous devons être conscients qu’il existe une composante géopolitique, y compris une lutte pour l’influence et la politique de générosité, a-t-il affirmé. Armés de faits, nous devons défendre l’Europe contre ses détracteurs. »

Le même jour, la Chine mettait en scène l’envoi de 100 000 masques et 50 000 tests de dépistage à destination de l’Italie, renvoyés après un désastreux épisode de détournement d’une première cargaison en République tchèque.

Les « routes de la soie » de la santé 

Dès le 12 mars, le premier envoi en Italie de médecins et d’infirmiers du Sichuan, vêtus de blousons rouges et portant un panda en peluche à la main, faisait la « une » des journaux en Chine. Depuis, chaque jour, Le Quotidien du peuple, journal officiel du Parti communiste chinois (PCC), rend compte des coups de téléphone passés entre Xi Jinping et des chefs d’Etat étrangers, notamment européens. Le dirigeant chinois a ainsi évoqué, lors d’une conversation avec le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, le 16 mars, un nouveau concept de son pharaonique projet d’investissements baptisé les « routes de la soie », en lui adjoignant une épithète : les « routes de la soie de la santé ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Xi Jinping promet des « routes de la soie » plus transparentes

Dans la soirée du 24 mars, rapportait encore le quotidien Global Times, le président chinois a affiché son soutien à la Pologne, pays qui entretient des liens étroits avec les Etats-Unis. Avec son homologue polonais, Andrzej Duda, Xi Jinping a annoncé cette fois l’organisation d’une vidéoconférence d’experts de la santé avec dix-sept pays d’Europe centrale et orientale pour partager des « mesures pertinentes » sur la prévention et la lutte contre les épidémies.



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com