vingt-trois mineurs tués par les forces de l’ordre en novembre, dénonce Amnesty

0
40


Hémorragie, écrasement du cerveau, crâne fracassé. Telles sont les blessures énumérées sur le certificat de décès d’Alireza Nouri, 17 ans, cité par l’organisation de défense des droits humains Amnesty International dans un nouveau rapport publié mercredi 4 mars sur la répression des manifestations de novembre 2019 en Iran. Cause du décès : « Collision avec la tête d’un objet rapide ». Rapide comme une balle de fusil. Mais le mot n’est jamais employé.

La mort du jeune Alireza compte parmi les vingt-trois cas recensés par Amnesty de mineurs tués par les forces de l’ordre iraniennes lors de cet épisode de contestation massive réprimée dans le sang par les autorités.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Emeutes en Iran après la hausse du prix de l’essence

Quatre mois après, Amnesty poursuit son travail de documentation en se fondant sur des témoignages directs recueillis malgré les risques et sur l’analyse des rares images disponibles de la répression. Car les tueries de novembre ont eu lieu à huis clos. Des foules étaient sorties à partir du 15 du mois dans les rues du pays pour protester contre une augmentation du prix de l’essence avant de tourner leurs slogans vers le régime au pouvoir. Les autorités de la République islamique ont fait le choix de les réprimer loin des yeux du monde en coupant, dans tout le pays, l’accès à Internet.

Pourtant, mois après mois, les faits parviennent à émerger du douloureux trou noir que constituent dans le pays les journées de novembre malgré la succession de crises qui ont frappé la société iranienne depuis, et qui culmine désormais avec les effets de la gestion de l’épidémie de Covid-19 par les autorités. A ce stade, Amnesty International a pu documenter 304 cas de personnes tuées par les forces de l’ordre iraniennes lors des manifestations.

Relais de journalistes et d’activistes

Dans son rapport, l’organisation revient en détail sur vingt-trois cas de mineurs de 8 à 17 ans, en grande majorité tués par balles, dont dix présentent des blessures à la tête ou à la poitrine, attestant, selon le rapport, d’une volonté de tuer de la part des forces de l’ordre, qui ont tiré à balles réelles sur les manifestants et les passants.

Lire aussi Face à la contestation, l’Iran bloque l’accès à Internet

Ce rapport consacré aux victimes mineures de la répression préfigure d’un travail plus vaste, encore en cours. « Nous sommes en train de revenir en détail sur chacun des 304 cas que nous avons déjà documentés et nous cherchons à obtenir davantage d’informations sur les causes et les circonstances de leurs morts », indique Raha Bahreini, avocate spécialiste des droits humains, chercheuse chargée de l’Iran pour Amnesty International.



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com