[Faits Divers] Violences sexuelles : L’entraîneur d’équitation aurait fait une victime à La Réunion

0
28
Booking.com


VIOLENCES SEXUELLES. C’est une nouvelle affaire de violences sexuelles dans le milieu du sport et ayant des ramifications à La Réunion qui a été évoquée hier par France 3 Toulouse et la Dépêche du Midi. Un entraîneur d’équitation réputé de la région toulousaine a été mis en examen le 11 décembre dernier pour viols et agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité. Âgé de 47 ans, ce dernier s’est suicidé deux jours plus tard dans son ancien écurie du Tarn.

C’est la plainte d’une jeune cavalière de 17 ans qui avait déclenché des investigations courant 2018. Celle-ci accusait son entraîneur, un encadrant réputé dans le monde du poney, de lui avoir imposé des rapports sexuels au cours de l’année 2017. Au fil de leur enquête, les gendarmes venaient à s’intéresser au parcours de l’éducateur sportif, qui avait séjourné à La Réunion il y a une quinzaine d’années. Ils découvraient alors l’existence d’une possible victime réunionnaise, aujourd’hui âgée de 28 ans.

Contactée par nos confrères de France 3, celle-ci a accepté de témoigner de manière anonyme, choquée d’apprendre qu’une minute de silence avait été observée dans de nombreux clubs de la région toulousaine après l’annonce du décès du suspect. “J’avais 14 ans lorsque j’ai eu mon premier rapport avec luiC’était de la pédophilie. Il se suicide et le week-end d’après lors d’un concours de poney où toutes les participantes sont mineures une minute de silence lui est accordée. C’est d’une violence insupportable”, a-t-elle-déclaré.

 

 

OMERTA 

 

La première fois que je l’ai rencontré, j’avais 13 ans, lui 32. C’était mon moniteur dans le centre équestre dans lequel j’étais à l’île de la Réunion”, raconte-t-elle à France 3. En admiration devant ce cavalier venant de métropole et reconnu pour son travail, elle subit bientôt des assauts déplacés : “C’était des petites réflexions, par-ci par là, et petit à petit des remarques sur mon physique, sur mes seins notamment. Puis c’est devenu de plus en plus insistant et, au final, j’ai fini par céder à 14 ans…” Leurs relations vont durer plus de 8 ans, entre La Réunion et Toulouse.

Dans un premier temps, elle refusera de parler de viol, considérant qu’il ne l’avait pas “forcée” explique-t-elle. Mais le fait qu’un maréchal-ferrant tente de la dissuader de parler pour protéger le milieu du cheval finira par la décider.

Avec le suicide du mis en examen, l’action publique s’est éteinte. Mais cette affaire a une nouvelle fois pointé la problématique des violences sexuelles dans le sport et de l’omerta qui y règne. La semaine dernière, c’est une ancienne cavalière qui a dévoilé avoir été violée par trois encadrants dans les années 80, poussant la directrice technique nationale de la fédération à annoncer “une série d’actions”.

 

 

 

 

 



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com