hommage à Hédi Baccouche, le dernier des Mohicans – JeuneAfrique.com

0
15
Booking.com


À Tunis, le 18 novembre 2018.

À Tunis, le 18 novembre 2018. © ONS ABID pour JA

Natif du Sahel, où il se plaisait à revenir régulièrement, l’ancien Premier ministre Hédi Baccouche, décédé le 21 janvier, repose désormais dans son fief de Hammam Sousse. Le 15 janvier, il avait fêté ses 90 ans. C’est l’un des derniers acteurs et témoins de la lutte nationale, de l’avènement de la République et de l’édification de la Tunisie moderne qui a tiré sa révérence.


Pour beaucoup, il était le cerveau du coup d’État médical qui avait permis de destituer Habib Bourguiba et d’installer au pouvoir Zine el-Abidine Ben Ali. C’est lui qui rédigea la déclaration du 7 novembre 1987. « Quand certains précisaient le déroulé des opérations, je rédigeais dans un coin le discours prononcé quelques heures plus tard », se plaisait à raconter il y a peu celui qui sera par la suite Premier ministre pendant deux ans.

Compagnon de Bourguiba

Il évoquait aussi ses craintes et se rappelait en riant combien ses intimes étaient perplexes face aux messages d’adieu sibyllins qu’il leur avait adressés le 6 novembre. Cette année-là marque un tournant : Baccouche fait passer le pays avant sa fidélité à Bourguiba, dont il avait partagé la cellule en 1952 – il avait alors 18 ans – et qu’il avait accompagné lors de son triomphal retour d’exil le 1er juin 1955, à la veille de la signature des accords d’autonomie interne.





Source link

JeuneAfrique

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com