Le champagne échappe aux foudres de Donald Trump

0
18
Booking.com


Dégustation de champgne au Screen Actors Guild Awards, à Los Angeles, le 16 janvier.
Dégustation de champgne au Screen Actors Guild Awards, à Los Angeles, le 16 janvier. VALERIE MACON / AFP

Les nuages s’éloignent du vignoble de champagne. La menace de Donald Trump de taxer à 100 % pour 2,4 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros) de produits français dont le célèbre vin à bulles a suscité l’émoi dans les grandes maisons de champagne. L’heure est à l’apaisement après la décision française de surseoir à la taxation des GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) qui suscitait l’ire du président américain.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les vins français sous la menace de Donald Trump

Déjà, lorsque les Etats-Unis avaient décidé, en octobre 2019, de taxer les vins français à hauteur de 25 % en représailles au soutien européen à Airbus, les Champenois avaient poussé un ouf de soulagement. Mais avec un mot d’ordre : faire profil bas pour ne pas froisser les viticulteurs victimes du couperet. La visite de Bernard Arnault, patron de LVMH propriétaire de grandes maisons de champagne et de cognac, autre alcool qui a échappé à la surtaxation, à Donald Trump avant la décision américaine avait été largement commentée. L’opération de lobbying a été efficace.

Baisse des ventes en France

L’enjeu est d’importance pour le champagne dont les Etats-Unis représentent le premier marché d’exportation. Et alors que les ventes de ce célèbre vin à bulles décroissent en France. Selon Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de Champagne, « les ventes en France devraient encore baisser de 4 % en 2019 ». L’année précédente, elles étaient déjà passées pour la première fois en dessous des 50 % des volumes totaux commercialisés.

Résultat, le nombre de bouteilles écoulées en 2019 devrait s’éroder et passer sous la barre des 300 millions, à 297,5 millions. Un seuil que les vins de Champagne n’avaient plus franchi depuis 2009, année marquée par les conséquences de la crise financière de 2008. Toutefois, la valeur totale des flacons commercialisés en 2019, proche de 5 milliards d’euros, devrait continuer à progresser très légèrement et atteindre un nouveau record. Une performance obtenue grâce à la valorisation des vins champenois à l’exportation.

C’est dire si les tensions politiques et économiques sont suivies de près par la profession champenoise. « Nous sommes satisfaits de voir que les choses s’arrangent avec les Etats-Unis mais nous restons prudents. Nous ne sommes jamais à l’abri d’un retournement de situation », explique M. Toubart qui évoque aussi comme sujets de préoccupation « la baisse des ventes en Australie, en Chine, à Hongkong et à Singapour, et les incertitudes à venir sur le marché britannique. »



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com