Ramgoolam, non élu, instigateur du boycott du discours-programme

0
147


L’opposition désertera ses bancs au Parlement le temps de la lecture du discours-programme, vendredi 24 janvier.

L’opposition désertera ses bancs au Parlement le temps de la lecture du discours-programme, vendredi 24 janvier.

Pradeep Roopun jouera «home» lorsqu’il prononcera le discours-programme du gouvernement ce vendredi 24 janvier au Parlement. Le président de la République aura en face de lui uniquement ses camarades de parti (le Mouvement socialiste militant) entre autres partenaires d’alliance.

Dans l’autre camp, les 26 «bancs» que se partage l’opposition Parti travailliste-Mouvement militant mauricien-Parti mauricien social-démocrate (PTr-MMM-PMSD) se videront après qu’un «consensus général» a été arrêté entre les leaders des trois partis cette semaine. Leurs députés bouderont physiquement la séance qui démarre à 16 heures au Parlement ce jour-là.

Mais, ils se feront un devoir de ne pas en rater une ligne, d’où ils se trouveront, puisqu’ils feront leur comeback dans l’hémicycle lors du coup d’envoi des débats.

Derrière cet accord de l’opposition tripartite, le leader du MMM, Paul Bérenger, et celui du PMSD, Xavier-Luc Duval, ont surtout eu affaire à Navin Ramgoolam. Le leader rouge, ne siégeant pas à l’Assemblée nationale après sa défaite au n°10 (Montagne-Blanche – Grande-Rivière-Sud-Est) aux dernières législatives, éclipse donc le leader de l’opposition, Arvin Boolell.

Amitié entre Bérenger et Ramgoolam

D’ailleurs, le leader des mauves a confirmé, à l’heure des questions, lors de la conférence de presse du MMM à Ebène, hier, qu’il est en contact avec Navin Ramgoolam et qu’il l’était moins avec Arvin Boolell. «J’ai parlé à Ramgoolam et à Duval, il est clair qu’il y a consensus pour que nous ne soyons pas présents pour la lecture du discours programme par le président de la République le 24 janvier mais que nous participerons pleinement aux débats sur le programme gouvernemental et aux travaux parlementaires en général», a affirmé Paul Bérenger.

Sollicité par l’express pour une réaction, hier, Arvin Boolell réplique que cela ne le gêne pas que Bérenger discute avec Ramgoolam. Avant de préciser, toutefois, que «lorsqu’il s’agit des travaux parlementaires, aucune décision ne peut être prise à l’insu du leader de l’opposition». Nonobstant «l’amitié entre Bérenger et Ramgoolam», la complémentarité, dit-il, s’impose entre les leaders des partis politiques et le leader de l’opposition.

Cependant, le chef de la minorité parlementaire soutient avoir échangé avec Xavier-Luc Duval cette semaine. Et confie, dans la foulée, qu’«il est vrai que Navin Ramgoolam est à l’origine de l’idée de boycott de la présentation du discours programme».

Démocratie électorale

Il poursuit que tout a été enclenché après que le leader du PTr et lui sont parvenus à «une décision bilatérale pour envoyer un signal fort en marge de [notre] contestation du dernier scrutin et des pétitions déposées en cour».

Pour Boolell, cela va au-delà d’une question de boycott car il y a urgence pour la démocratie électorale. «Nous attendons que les affaires soient débattues dans le délai le plus approprié comme cela a été le cas au Kenya, en Angleterre et en Floride.»

De son côté, Xavier-Luc Duval, qui visite actuellement sa mère en Angleterre, confirme que le PMSD ne sera pas présent dans l’hémicycle, vendredi, mais qu’il participera aux débats, tout comme le PTr et le MMM. Le leader des bleus qui devrait être de retour au pays d’ici le 25 janvier, déclare : «Je prendrai définitivement la parole lors des débats.»




Source link

Booking.com