[Société] Un Noël sans salaire

0
29
Booking.com


SAINT-DENIS. C’est la crainte des salariés de l’entreprise Metalder dont le salaire n’a pas été versé en novembre et dont l’entreprise n’assure plus ses cotisations pour les congés payés comme pour la santé au travail. Ils ont rendez-vous mardi aux Prud’hommes.

Un cercle infernal. Depuis le 10 décembre, une partie des employés de l’entreprise Métalder, spécialisée dans la métallerie, le sablage ou encore la métallisation et basée dans la zone Finette est en grève. Défendus par la CGTR, ils clament leur « détresse » : depuis novembre ils n’ont reçu aucun salaire « et ceux du mois d’octobre et septembre n’ont pas été réglé en totalité non plus », déclare le délégué syndical, Wilson Baraka. Les neuf grévistes (sur 21 employés), s’inquiètent désormais de voir leur salaire de décembre être également non payé alors que les fêtes approchent et que les difficultés personnelles s’accumulent pour les salariés, privés de revenus. Pas de congés payés non plus, l’entreprise affichant un défaut de paiement à la caisse de congés payés du bâtiment. Même défaut de cotisation auprès du service de santé au travail… C’est le troisième mouvement social qui ébranle la société en seulement un an. Cette dernière connaitrait de sérieuses difficultés financières.

« TOUT SERA REGULARISE »

Ce que confirme un contrôle effectué en octobre par l’inspection du travail qui recommande à son directeur – et au procureur – la mise en place d’une procédure collective auprès du tribunal de commerce (mise en redressement ou liquidation judiciaire) « étant donné les problèmes récurrents que les salariés rencontrent depuis plusieurs mois ». Secrétaire de la CGTR Est, Jean-Yves Payet appelle le responsable « à accepter d’être mis en procédure de sauvegarde pour que les salaires soient assurés par les AGS, sinon qu’il paye au plus vite au moins une partie des sommes dues ». Lors d’une première audience aux Prud’hommes le 26 novembre, le patron avait assuré qu’une solution allait bientôt être trouvée. Le tribunal lui avait alors accordé un délai. Une nouvelle audience est prévue ce mardi. Le syndicat attend des juges qu’ils ordonnent un paiement pour qu’en cas de défaut une procédure puisse être engagée. Nous avons tenté de joindre sans succès le responsable. Dans les colonnes du Quotidien, il assure que « tout sera régularisé dès que possible ». Il évoque des problèmes de trésorerie dues à des retards de paiements de clients. Et de regretter la grève alors « qu’il y a des perspectives de travail, les 12 autres employés font eux des heures supplémentaires ». Selon les syndicats, le travail tournerait au ralenti avec seulement quelques ouvriers encore présents.

P.M.



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com