Washington menace de surtaxer des produits français jusqu’à 100 %

0
11
Booking.com



Le gouvernement des Etats-Unis a menacé, lundi 2 décembre, d’imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu’à 100 %, sur l’équivalent de 2,4 milliards de dollars (environ 2,15 milliards d’euros) de produits français en réponse à l’instauration en France d’une taxe sur les géants américains du numérique.

Cette annonce fait suite à une enquête ouverte en juillet dernier par le représentant américain au commerce (USTR) concluant que cette législation française dite « GAFA » (Google, Apple, Facebook et Amazon) porte préjudice aux entreprises américaines

Parmi les produits qui pourraient être surtaxés figurent de nombreux fromages dont le roquefort, les yaourts, le vin pétillant ainsi que des produits cosmétiques comme le savon et le maquillage ou encore les sacs à main.

Lire aussi La taxe numérique française « discriminatoire » selon Google, Facebook, Amazon

L’USTR estime, dans ses conclusions, que la taxe française, adoptée en juillet dernier, n’est « pas conforme aux principes de politique fiscale internationale et constitue un fardeau anormal pour les entreprises américaines affectées ».

Enquête possible aussi contre l’Autriche, l’Italie et la Turquie

La proposition, qui doit encore recevoir l’aval du président américain Donald Trump, risque d’intensifier les frictions avec l’Union européenne. Ces nouvelles menaces sont dévoilées la veille d’une rencontre entre Donald Trump et le président français Emmanuel Macron qui doit se tenir mardi à Londres, dans le cadre du sommet de l’Otan.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’administration Trump riposte à la « taxe GAFA » française

L’administration Trump envisage par ailleurs d’ouvrir une enquête à l’encontre de l’Autriche, de l’Italie et la Turquie pour déterminer si les taxes du numérique menaçaient les entreprises américaines.

La « taxe GAFA » impose ces entreprises à hauteur de 3 % du chiffre d’affaires réalisé en France, notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes. Cette solution a vocation à n’être que temporaire dans l’attente d’un aboutissement de négociations internationales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’OCDE dévoile les contours de la « taxe GAFA »



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com