Blizzard dans la tourmente après l’exclusion d’un joueur pro-Hongkong

0
18
Booking.com


Chung Ng Wai a été exclu du championnat de « Hearthstone », un jeu vidéo de Blizzard, après avoir affiché son soutien aux manifestants hongkongais.
Chung Ng Wai a été exclu du championnat de « Hearthstone », un jeu vidéo de Blizzard, après avoir affiché son soutien aux manifestants hongkongais. capture d’écran

Stupeur et fureur dans le monde du jeu vidéo. Mardi 8 octobre, le géant américain Blizzard a annoncé la suspension pour un an d’un joueur professionnel de son jeu de cartes Hearthstone. Motif ? La veille, masque à gaz sur le visage en solidarité avec ses compatriotes qui manifestaient à Hongkong, Chung Ng Wai, dit « Blitzchung », avait appelé dans une interview en direct à libérer Hongkong de la Chine.

S’appuyant sur un point de règlement interdisant « de se discréditer publiquement, d’offenser une partie ou un groupe du public, ou de nuire de quelque façon à l’image de Blizzard », l’éditeur de Hearthstone, World of Warcraft ou encore Overwatch a banni Chung Ng Wai de son championnat le plus élevé, la ligue Grandmasters, et l’a privé de tous ses gains financiers.

Des intérêts économiques et politiques en Chine

La suspension du joueur hongkongais a surpris de nombreux observateurs par sa radicalité. « La politique de Blizzard aurait dû être plus explicite, et ne pas s’appuyer sur un règlement élastique, qui stipule que les décisions se font à leur discrétion, » se désole Kate Edwards, fondatrice de Geogrify, un cabinet de conseil vidéoludique spécialisé dans les questions culturelles et géopolitiques :

« Blizzard pouvait protester contre cette déclaration pro-Hongkong si cela les dérangeait. Mais effacer sa victoire et annuler ses gains, alors qu’il a prouvé qu’il était l’un des joueurs les plus talentueux sur le circuit, c’est une claque au visage des pratiquants et des fans d’e-sport. »

Pourquoi une telle sévérité ? Des raisons économiques d’abord. Comme le rappelle Venture Beat, citant des chiffres du cabinet d’étude Sensor Tower, 31 % des revenus mobiles de l’application mobile Hearthstone proviennent de Chine, soit 51 millions de dollars – plus que son chiffre d’affaires aux Etats-Unis en 2018 (31,3 millions). L’entreprise a pris fait et cause pour son principal marché.

Par ailleurs, Activision Blizzard, la maison mère de Blizzard, appartient à 5 % au géant des télécommunications chinois Tencent. « Je ne pense pas que cela explique tout, mais il est certain que les parts de Tencent dans Activision Blizzard ont poussé à agir vite et sans compromis, avance Kate Edwards. Pour Tencent, être impliqué d’une manière ou d’une autre dans ce genre de prise de position peut être perçu en Chine comme un déshonneur. »

Le jeu de cartes « Hearthstone », dont les résultats se tassent en Occident, rapporte aujourd’hui surtout de l’argent en Asie, et notamment en Chine.
Le jeu de cartes « Hearthstone », dont les résultats se tassent en Occident, rapporte aujourd’hui surtout de l’argent en Asie, et notamment en Chine. Blizzard

Tollé international

Sauf que cette suspension n’est pas restée sans conséquence. En ménageant la susceptibilité des clients responsables de 31 % de son chiffre d’affaires sur Hearthstone, Blizzard a pris le risque de se mettre à dos les 69 % restant. Comme le resitue la consultante en géopolitique :

« Les fans et les communautés sont de plus en plus exigeants vis-à-vis des entreprises, tant en termes de contenu que d’éthique, et cela les met dans une position difficile où elles cherchent à combler tout le monde, tout en calmant les marchés les plus importants et les voix portant le plus. Dans ce contexte, Blizzard, comme les autres entreprises, se retrouve dans une situation où elle ne peut pas être gagnante, elle va fatalement décevoir un camp ou un autre. »

De fait, la décision a été vivement critiquée en Occident. La section consacrée à Blizzard sur le forum anglophone Reddit a été temporairement fermée par son propre modérateur en signe de protestation. Dans la nuit de mardi à mercredi, lors d’une retransmission en direct d’un match du championnat américain étudiant de Hearthstone, un membre de l’équipe Worcester Polytechnic Institute a brièvement tenu une pancarte « Libérez Hongkong, boycottez Blizzard », rapidement coupée à l’antenne.

Sur la plate-forme Twitch, où était diffusée la vidéo, les internautes ont noyé l’espace de discussion en direct avec le message « Spam this pong to free Hongkong » (« Bombardez avec cette raquette de ping-pong pour libérer Hongkong » [sic]), avec un émoji inattendu de raquette en soutien, rapporte Rob Breslau, consultant e-sport.

Le cocréateur de « World of Warcraft » se désabonne

Sur Twitter, le hashtag #BoycottBlizzard réunissait de nombreux messages de mécontentement, comparant Blizzard à la Corée du Nord, et appelant à la boycotter. L’un des messages de désabonnement à World of Warcraft, un autre jeu de Blizzard, était signé de Mark Kern, l’un des… cocréateurs du célèbre jeu en ligne, et ancien employé de la marque. « J’ai fait ce jeu avec l’équipe, y écrit-il. Je suis contre le fait que Blizzard ait peur de la Chine, et contre la censure de Blitzchung. Je demande à Blizzard de défendre la bonne cause. »

Il arrive que des prises de position politique dans le monde du sport fassent l’actualité, comme lorsque des joueurs de football américain ont mis le genou à terre lors de l’hymne national pour protester contre les violences raciales aux Etats-Unis, ou ces derniers jours, que la NBA soit boycottée par la Chine après la diffusion d’un tweet pro-Hongkong de la part d’un entraîneur. Il s’agit en revanche d’une première dans le monde de l’e-sport, tant par sa dimension revendicative assumée que par son traitement.

De son côté, Epic, l’éditeur américain de Fortnite, jeu vidéo phénomène de ces deux dernières années qui lui-même appartient à hauteur de 40 % à Tencent, s’est engagé publiquement, ce 9 octobre, à ne jamais empêcher un joueur d’exprimer ses opinions politiques.





Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com