entre sanctions de cadres et démissions, le CDP en ordre dispersé – JeuneAfrique.com

0
69



Congrès extraordinaire du CDP à la maison du Peuple de Ouagadougou, le 22 septembre 2019. © Facebook CDP


Le parti de l’ancien président Blaise Compaoré, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), traverse une crise interne, illustrée par les sanctions prises à l’encontre de plusieurs cadres soutenant la candidature à la présidentielle de Kadré Désiré Ouédraogo, dont la démission du parti a été officialisée le 23 septembre.


La nouvelle a été accueillie comme une grande victoire au siège du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Le 21 septembre, le parti de l’ancien président Blaise Compaoré a été autorisé par la justice à organiser un congrès extraordinaire. Assigné en justice par un groupe de frondeurs qui demandait sa suspension, le parti a finalement obtenu gain de cause.

Dès le lendemain, devant des militants à Ouagadougou, Eddie Komboïgo, président du CDP, déclarait : « Si nous pouvons nous réunir ici ce matin, c’est parce que la vérité a triomphé hier au Palais de justice. Refusant tout dialogue, les frondeurs ont multiplié des sorties médiatiques dans le but de ternir notre image et de porter atteinte à la cohésion de notre parti. Ce qu’ils veulent en réalité, c’est la liquidation pure et simple du parti. »






Source link

JeuneAfrique

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com