pourquoi les sécessionnistes boudent la médiation suisse – JeuneAfrique.com

0
31
Booking.com



Un soldat du Bataillon d’intervention rapide (BIR), à) Buea, dans le Cameroun anglophone, en octobre 2018. © REUTERS/Zohra Bensemra


Au sein du mouvement sécessionniste anglophone, le choix de la Suisse comme médiateur est loin de faire l’unanimité. À l’heure des derniers réglages avant les pourparlers prévus entre les différentes parties, Genève dénonce les manœuvres qui menacent la tenue de cette initiative, pourtant saluée par la communauté internationale.


S’achemine-t-on vers un retour à la case départ dans le processus de dialogue engagé entre le gouvernement camerounais et les sécessionnistes anglophones ? La volte-face affichée par certains acteurs de ce mouvement après l’officialisation de la médiation suisse laisse penser à cette possibilité.

Depuis quelques jours, les voix remettant en doute la neutralité du Centre pour le dialogue humanitaire (HD Centre), institution mandatée par les autorités suisses pour mener les pourparlers, se font de plus en plus entendre. Les griefs qui appuient cette position sont légion, mais la plupart se rapportent à une possible collusion entre Genève et Yaoundé.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.








Source link

JeuneAfrique

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com