le duo Paris-Berlin à la manœuvre, malgré tout

0
37
Booking.com


Article réservé aux abonnés

Emmanuel Macron et Angela Merkel, le 30 juin à Bruxelles.
Emmanuel Macron et Angela Merkel, le 30 juin à Bruxelles. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE POUR LE MONDE

La France et l’Allemagne peuvent célébrer la force de leur alliance dans le choix d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission, et de Christine Lagarde pour diriger la Banque centrale européenne. Mais l’unité affichée in extremis par Emmanuel Macron et Angela Merkel fait suite à des semaines de tensions entre les deux partenaires et, surtout, d’incertitudes sur la force d’entraînement du tandem. L’autorité de la chancelière s’est effritée parmi les conservateurs européens, en particulier dans l’est du continent. Mais le président français n’a pas les moyens, à ce stade, de s’imposer sans Mme Merkel.

Avant le compromis scellé mardi 2 juillet, l’échec du sommet du dimanche 30 juin est, de ce point de vue, révélateur. Le camp français n’a alors pas caché son exaspération devant l’incapacité d’Angela Merkel à convaincre ses partenaires du Parti populaire européen (PPE) du bien-fondé de l’accord dégagé entre Paris et Berlin en marge du G20 d’Osaka, au Japon, qui partageait les « top jobs » entre sociaux-démocrates et conservateurs. « Le PPE a baladé tout le monde à Osaka », s’énervait en privé Emmanuel Macron, qui pensait arriver à Bruxelles avec un deal « prémâché », afin d’éviter une crise. « L’Allemagne n’a pas fait le travail de conviction auprès des petits pays. Or, ce sont eux qui font pivot au moment du vote », abondait Amélie de Montchalin, la secrétaire d’Etat aux affaires européennes.

« Ne jamais perdre le fil »

Pour autant, dans la nuit de dimanche à lundi, pas question de lâcher la chancelière allemande. « Depuis son élection, le président a le même mode de fonctionnement : il ne cache pas ses désaccords, mais il les exprime en privé. En public, il fait attention à ne ­jamais perdre le fil avec les Allemands. Depuis deux ans, il n’a jamais joué l’affrontement », explique-t-on à l’Elysée. « Dans la nuit, Merkel a apprécié que la France tienne bon sur [la nomination à la présidence de la Commission du social-démocrate néerlandais] Frans Timmermans, alors qu’on voyait que cette solution avait peu de chances d’aboutir », raconte un membre de la délégation tricolore, en allusion à la fronde d’une partie du PPE, des pays d’Europe centrale, Pologne et Hongrie en tête, et de l’Italie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Postes-clés de l’Union européenne : la France et l’Allemagne sont les grandes gagnantes

Pour l’entourage du chef de l’Etat français, l’échec du sommet de dimanche n’a d’ailleurs rien à voir avec une éventuelle mésentente entre les deux dirigeants. « Il n’y a pas eu de difficulté franco-allemande. Il y a eu une difficulté allemande avec le PPE. Les Allemands ont voulu imposer les choses alors que l’équilibre n’est plus le même en Europe et au sein de la famille des conservateurs », observe-t-on à Paris.



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com