« Beaucoup de dirigeants arabes n’ont pas réagi pour ne pas froisser l’Arabie saoudite » – JeuneAfrique.com

0
64
Booking.com




Entre indignation, accusation, silence gêné ou complice, les réactions à la mort de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi sont révélatrices des clivages qui émaillent le Maghreb et le Moyen-Orient.


« Mohamed Morsi n’est pas mort de cause naturelle, il a été tué », a affirmé mercredi soir le président turc Recep Tayyip Erdogan. Une déclaration incendiaire qui a provoqué la réponse du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, qui a qualifié jeudi matin ces accusations d’ « irresponsables ».

Le décès de l’ancien président égyptien (2012-2013), élu sous l’étiquette du Parti de la liberté et de la justice, formation issue des Frères musulmans, renversé en 2013 par un coup d’État à la suite d’un vaste mouvement de protestation, suscite les divisions. D’un côté, on retrouve ceux qui, à l’instar d’Erdogan, accusent de façon à peine voilée le pouvoir égyptien de crime. Ils sont confortés par les conclusions de certains médias et ONG, ainsi que par la défense de l’ancien président. Selon Sarah-Leah Whitson, directrice MENA de Human Rights Watch (HRW), le décès de Morsi était prévisible, ce dernier ne recevant pas de soins adéquats lors de sa détention.





Source link

JeuneAfrique

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com