Antipas Mbusa Nyamwisi quitte la coalition Lamuka – JeuneAfrique.com

0
21
Booking.com




L’ancien chef de guerre Antipas Mbusa Nyamwisi a quitté Lamuka. Cette défection intervient alors que les dirigeants de la principale coalition de l’opposition congolaise semblent divisés sur la position à adopter face au pouvoir de Félix Tshisekedi.


C’était attendu. C’est désormais officiel : Antipas Mbusa Nyamwisi a officiellement quitté Lamuka. Une défection qui intervient dans un contexte difficile pour la principale coalition d’opposition, déjà tiraillée par des dissensions internes et qui peine à établir une ligne politique commune, entre le combat pour la « vérité des urnes » de Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle, et la volonté de Moïse Katumbi se poser en « opposition républicaine ».

Au sein de la coalition, plusieurs cadres s’interrogent par ailleurs sur l’éventualité de voir Antipas Mbusa Nyamwisi entrer bientôt dans le gouvernement, dont la composition est au centre des négociations entre les partis de Félix Tshisekedi et de Joseph Kabila depuis plusieurs semaines.

Forte influence politique dans l’Est

Antipas Mbusa Nyamwisi avait au préalable informé Moïse Katumbi, coordonateur de la coalition, de la suspension de sa participation à Lamuka. Dans une lettre datée du 17 juin, il explique vouloir apporter sa « contribution à la lutte contre l‘épidémie à virus Ebola et à l’insécurité à l’est de notre pays, notamment à Beni-Butembo et dans l’Ituri« .

Lui-même originaire du Nord-Kivu, Mbusa Nyamwisi – qui a fait partie de plusieurs mouvements rebelles ayant pris les armes contre Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré et Joseph Kabila -, s’est déjà à exprimé sur la situation dans l’Est, notamment lorsqu’il a annoncé son retour en RDC, en mai dernier.

Il conserve une forte influence politique dans cette région où rebelles Maï-Maï, FDLR et ADF sont toujours actifs, alors que l’épidémie d’Ebola, qui sévit elle aussi dans les territoires de Beni, Butembo et Lubero , a passé le seuil des 2 000 cas identifiés.

« Il a toujours été clair sur ses intentions »

Dans l’entourage de Moïse Katumbi, qui a dit « prendre note » de la décision de Mbusa Nyamwisi dans la réponse qu’il lui a adressé le 18 juin, on assure que l’ancien chef de guerre, qui a également été ministre des Affaires étrangères de Joseph Kabila, a été transparent de bout en bout.

« Il a toujours été clair sur ses intentions et n’a rien caché. La preuve en est qu’il l’a rappelé dans sa lettre et dans des termes très courtois », assure Olivier Kamitatu, directeur de cabinet et porte-parole de Moïse Katumbi.

Si il quitte la coalition c’est probablement qu’il a pu obtenir des garanties dans le prochain exécutif

Dans sa lettre de démission,  Mbusa Nyamwisi expliquait en effet que « lors de nos deux dernières rencontres en Belgique du 21 au 23 mars ainsi que le 27 avril, j’avais informé les membres du présidium de Lamuka, que j’étais en concertation avec le président de la République ».

L’hypothèse d’une entrée au gouvernement

L’opposant a-t-il obtenu satisfaction ? « C’est un homme politique aguerri et intelligent. Il est très engagé sur les questions de sécurité dans son fief du Nord-Kivu, si il quitte la coalition c’est probablement qu’il a pu obtenir des garanties dans le prochain exécutif. Mais ça, il n’y a que lui qui peut le confirmer », ajoute Olivier Kamitatu. Contacté par Jeune Afrique, Mbusa Nyamwisi n’a, pour le moment, pas donné suite.

Alors que le gouvernement se fait toujours attendre, l’hypothèse d’une entrée de Nyamwisi au gouvernement fait son chemin en dépit des critiques qu’avait initialement adressé l’opposant après l’élection de Félix Tshisekedi. Lorsque ce dernier avait été investi président de la République, Mbusa Nyamwisi avait remis en cause sa victoire à l’élection du 30 décembre dernier et avait même agité le spectre de la lutte armée.

Les deux hommes avaient ensuite repris contact, et se sont notamment rencontré au Kenya en février, en marge de la tournée la première tournée diplomatique de Tshisekedi.

Qu’il intègre ou non l’exécutif, en quittant Lamuka, Nyamwisi ravive les doutes qui subsistent autour de l’avenir de la coalition de Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito et Jean-Pierre Bemba. Rentré le 20 mai, Moïse Katumbi s’est positionné dans « une opposition républicaine » et « exigeante » vis-à-vis du président Tshisekedi tandis que Martin Fayulu, candidat de Lamuka à la dernière élection – qu’il estime avoir gagné – prône une ligne plus dur.

Jean-Pierre Bemba, autre poids lourd de Lamuka a annoncé un nouveau retour à Kinshasa le dimanche 23 juin sans préciser le rôle qu’il entend jouer face au président Félix Tshisekedi. Lamuka a annoncé une grande manifestation pour la fête de l’indépendance, le 30 juin.





Source link

JeuneAfrique

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com