Nous serons 9,7 milliards d’humains en 2050

0
25
Booking.com


Selon un récent rapport de l’ONU, nous serons 9,7 milliards d’êtres humains sur Terre en 2050. Les chercheurs prédisent également un ralentissement du taux de croissance par la suite, avec un pic de 10,9 milliards d’humains d’ici 2100.

Nous étions moins de 700 millions en 1700, environ un milliard en 1800, et un peu plus d’1,5 milliard en 1900. Encore aujourd’hui, Homo Sapiens ne cesse de s’étendre toujours plus vite sur la planète, avec un pic de population estimé à 7,7 milliards en 2019. La tendance devrait encore être la même au cours des prochaines décennies, avec environ 9,7 milliards d’humains en 2050, détaillait ce lundi un nouveau rapport de l’ONU. Cette croissance démographique sera notamment très soutenue en Afrique subsaharienne, mais commencera à ralentir en Asie, en Europe et en Amérique latine d’ici à 2100. Nous serons alors environ 10,9 milliards d’êtres humains sur la planète.

Une croissance inégale

Cette “décroissance” démographique, nous la devrons à un taux de fécondité toujours plus faible. Ce dernier rapport établit en effet que 90 pays enregistreront des taux de natalité inférieurs au niveau de remplacement (moins de deux naissances par femme). C’est d’ores et déjà le cas dans certains pays comme les États-Unis, l’Espagne, l’Italie, la Corée du Sud ou le Japon. Pendant ce temps-là, l’Afrique subsaharienne devrait enregistrer une moyenne de 4,6 enfants par femme d’ici 2050. Et la tendance pourrait se poursuivre durant les décennies suivantes. Le Nigéria par exemple, pourrait passer d’une population actuelle d’environ 200 millions d’habitants à plus de 700 millions d’habitants en 2100.

D’ici à 2100, le Nigéria deviendra le troisième pays le plus peuplé de la planète. Crédits : Pixabay

Préparer l’avenir

De plus en plus d’habitants dans les régions les plus pauvres donc, et un taux de remplacement insuffisant dans les pays les plus riches… Pour Thomas Spoorenberg, co-auteur du rapport, le constat est alarmant. Et il nécessite une prise en charge immédiate :

« Dans les pays les plus pauvres, la croissance démographique constituera un réel défi pour les efforts visant à éliminer les inégalités, à lutter contre la faim et la malnutrition, à renforcer la couverture et la qualité des systèmes d’éducation et de santé et à améliorer l’accès aux services de base, explique-t-il. Et inversement, les pays dont la population est en déclin et vieillissante doivent également tenir compte de leurs propres changements fondamentaux. Il est généralement admis que le rapport entre le nombre de personnes en âge de travailler (25 à 64 ans) et les plus de 65 ans devrait être d’au moins 3 pour 1. Le rapport de l’ONU, lui, note que ce ne sera bientôt plus le cas, car la population ne cesse de vieillir ».

Il ne fait donc aucun doute que notre monde, en 2050, sera très différent. Et pas forcément dans le bon sens. Nous savons par exemple qu’il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons dans les océans, qu’une métropole sur deux pourrait manquer d’eau ou qu’environ 99 % des oiseaux marins auront avalé du plastique. Pire, un récent rapport prévoit même la chute de notre civilisation.

Source

Articles liés :

Ces 10 pays qui pourraient se transformer en “bombe démographique”

Il y a 4 000 ans, les populations d’Asie du Sud-Est observaient une explosion démographique

Un rapport prévoit 140 millions de réfugiés climatiques en 2050





Source link

Booking.com