[Société] Dans les hauts de la Bretagne: des conduites d’eau remplacées et jetées dans la ravine

0
23
Booking.com


Comment se débarrasser des conduites d’eau usagées en polyéthylène ? Dans les hauts de la Bretagne, les ouvriers d’une entreprise chargée de construire une station de surpression pour la ville de Saint-Denis ont eu recours à une solution scandaleuse : tout jeter dans la ravine située en face du chantier.

C’est un chemin bucolique qui sillonne les hauts de la Bretagne. On passe des champs de canne à une forêt cachant des sentiers raides mais enchanteurs allant jusqu’à la Roche Ecrite. En route, on peut même y croiser un dromadaire qui semble éternellement en vacances dans le parc aménagé par ses propriétaires. Quant aux gens qui vivent là, ils ont la civilité des hauts. Nous voici donc dans une Réunion qui devrait être préservée.

C’est hélas une idée trop avant-gardiste pour tous ceux – et ils sont nombreux – qui considèrent les endroits encore un peu sauvages comme des zones de non-droits. Les terrains non occupés comme appartenant à personne et que l’on peut donc s’approprier en les souillant. Les ravines deviennent des dépotoirs permettant de se débarrasser de façon commode de toute sorte de déchets. Une pollution à moindre frais parce que sans pollution visuelle. Les déchets disparaissent dans le vide et ne gâchent pas la vue. Ils sont oubliés. Ceux qui s’en débarrassent n’auront pas mauvaise conscience de les voir à chaque fois qu’ils repasseront par là ! Autre “avantage” de la ravine, les pollueurs ont moins de risque d’être pris puisque leurs dégâts sont bien moins repérables que tous ces tas d’immondices qui défigurent nos quartiers.

Nous sommes donc dans les hauts de la Bretagne, chemin du Château d’eau. Comme son nom l’indique, une telle installation domine le site, les maisons et les champs. Là, la commune de Saint-Denis et sa direction de l’eau ont lancé il y a plusieurs mois un chantier de modernisation des installations. Avec la construction d’une station de surpression en béton remplaçant une cabane souffreteuse. Un chantier confié, selon le panneau d’information au public, à l’entreprise Taireo environnement.

La construction de la station est désormais terminée. Les traces du chantier pour préparer le ciment n’ont guère été nettoyées. Mais là n’est pas le pire ..

 

Que la mairie de Saint-Denis exige le nettoyage !

 

Juste en face le nouveau petit bâtiment, la surprise est de taille quand on se penche pour regarder dans la ravine. Un tas d’environ 4 mètres de long sur 2 mètres de large de tuyaux usagés. Les conduites d’eau potable en tube polyéthylène haute densité qui ont été remplacées pour les besoins du chantier recouvrent la végétation de la ravine, ses roches moussues, ses feuilles mortes. Sans parler des morceaux de parpaings et quelques tubes de colle…

Plutôt que de transporter ces tuyaux hors d’usage dans une décharge agréée, de respecter la loi et des principes élémentaires en écologie, l’entreprise et ses ouvriers ont donc choisi la solution la plus économe en efforts et en coûts de transports. En comptant bien ne jamais être démasqués ! Cette nouvelle décharge née d’un chantier commandé et piloté par une collectivité, la ville de Saint-Denis, mériterait sa place tout en haut du palmarès du célèbre site bandcochon.re qui recense les horreurs commises par les petits et grands pollueurs.

On attend désormais la réaction de la commune. Car, dans le cas de ces canalisations périmées balancées dans la nature, dépolluer est loin d’être impossible. Les tuyaux ne sont pas tombés tout au fond de la ravine. Avec de la bonne volonté, il est possible de nettoyer le site. La commune doit l’exiger. Nous serons vigilants !

 

Jérôme Talpin

[email protected]

 


Le JIR et Clicanoo n’aiment pas les makoteries

 

Régulièrement, vous êtes nombreux à nous faire parvenir vos clichés de dépôts sauvages, carcasses de voitures abandonnées, ou lieux publics jonchés de détritus. Si les autorités commencent à mettre en place des sanctions envers les pollueurs, les démonstrations d’incivilités ne s’en trouvent pas encore moins nombreuses… Tous les jours, Clicanoo vous propose la photo d’un internaute qui dénoncent ces “makotes” sans scrupules envers la nature.

Pour nous faire parvenir vos images (avec mention de l’endroit où les photos ont été prises) : [email protected]



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com