« L’Europe peut jouer un rôle déterminant dans le déploiement des services de mobilité, à condition d’agir maintenant »

0
33
Booking.com


Face aux Chinois et aux Américains, un collectif d’experts du véhicule autonome dont Anne-Marie Idrac, ancienne secrétaire d’Etat aux transports et Jean-Baptiste Djebbari, député LRM de la Haute-Vienne, estime dans une tribune au « Monde » qu’il est temps d’allier innovation technologique et souveraineté économique sur ce sujet, au niveau de l’Union européenne.

Publié aujourd’hui à 17h00 Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

« Si les constructeurs automobiles européens dominent aujourd’hui le marché des transports routiers, la mobilité autonome répond à une organisation très différente où la valeur ne réside plus dans le véhicule lui-même mais dans la capacité à gérer l’intelligence complexe de ces réseaux »
« Si les constructeurs automobiles européens dominent aujourd’hui le marché des transports routiers, la mobilité autonome répond à une organisation très différente où la valeur ne réside plus dans le véhicule lui-même mais dans la capacité à gérer l’intelligence complexe de ces réseaux » DPA / Photononstop

Tribune. Les véhicules autonomes sont la prochaine révolution dans nos déplacements du quotidien. La prochaine menace pour les intérêts économiques et stratégiques de l’Europe aussi. Leur arrivée sur le marché constitue une innovation qui changera fondamentalement notre manière de nous déplacer et permettra notamment de répondre aux besoins des territoires peu denses pour compléter l’offre de transport public.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Alliances en série avec les GAFA pour préparer la voiture du futur

Cependant, si nous n’agissons pas, Waymo, la filiale de Google chargée de développer les solutions de mobilité autonome, du fait de leur colossale avance technologique et de leur capacité d’investissement, pourrait développer un quasi-monopole sur le marché des véhicules autonomes partagés – ou robotaxis – et de leur exploitation sur les voies publiques.

En effet, si les constructeurs automobiles européens dominent aujourd’hui le marché des transports routiers, la mobilité autonome répond à une organisation très différente où la valeur ne réside plus dans le véhicule lui-même mais dans la capacité à gérer l’intelligence complexe de ces réseaux. Dans cette mobilité de demain, le service se substituera à la propriété des véhicules, et les plates-formes se substitueront aux constructeurs automobiles en haut de la chaîne alimentaire de cette industrie.

Un enjeu majeur de souveraineté et de sécurité

Faute de capacité d’investissements, les grands constructeurs automobiles français et allemands réduiront leur capacité de production à mesure que les ventes de véhicules s’essouffleront, supprimant de fait emplois et revenus dans des proportions dramatiques pour nos économies. Cette réalité se reflète déjà dans la capitalisation boursière des plates-formes logicielles mondiales rapportée à celle des constructeurs automobiles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Aucun industriel de l’automobile n’a envie de vivre le cauchemar de Boeing »

Dans ce nouvel écosystème, les Etats seront confrontés à un enjeu majeur de souveraineté et de sécurité alors que des opérateurs étrangers contrôleront les flux de millions de passagers et de données. Ce tableau sombre de l’avenir des mobilités n’est pas une fatalité. A condition d’agir maintenant, l’Europe peut jouer un rôle déterminant dans le déploiement de ces services et s’assurer qu’ils soient réellement au service des citoyens.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Union européenne à l’épreuve de la concurrence mondiale

En février 2019, le Président de la République, Emmanuel Macron, insistait déjà sur « la nécessité pour l’Europe de se doter d’un cadre réglementaire afin qu’elle puisse être dans la course des véhicules autonomes, actuellement dominée par les géants du numérique ».

En effet, pour préserver son leadership, la France doit contribuer à créer un standard et un modèle d’exploitation européen garantissant une souveraineté économique. Cette action doit être au cœur de la stratégie de la nouvelle Commission européenne pour empêcher la création de nouveaux monopoles et laisser émerger à leur place des champions européens.



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com