Ma femme regrette d’avoir eu notre bébé de 4 mois et je ne sais pas comment réagir

0
6


Le corps d’une femme est particulièrement complexe à cause des mutations diverses auxquelles il fait face. Ainsi certains mécanismes relatifs à la grossesse et à l’opération d’accouchement peuvent modifier drastiquement la réaction d’une femme face à l’avènement d’un nouveau bébé dans la famille. Quand certains sont aux anges, d’autres font face à une mélancolie profonde sans y trouver une explication logique. Un père témoigne dans le forum Reddit, de sa confusion et de la réaction de sa femme vis-à-vis de son bébé après son accouchement.

Il se trouve que la raison derrière cette attitude, qui peut faire l’objet de réactions désobligeantes de la société, ait une explication parfaitement logique que la science a même statué. Cet article est donc dédié à toutes les mères qui se sentent seules rongées par la culpabilité car elles ne peuvent se réjouir de la présence de leur bébé comme les autres, pour leur dire que tout ira pour le mieux !

Un père en désarroi 

Faire face à une mère qui semble, en tout point, regretter la naissance de son bébé est très délicat. Surtout si le conjoint n’a pas été préalablement averti des différents changements auxquels sa femme peut faire face après l’accouchement. Dans un post sur Reddit, un père exprime son désarroi face à une situation inusuelle, qu’il n’arrive pas à saisir.

Le père explique : « Nous avons été ensemble pendant 15 ans. Tout allait bien, nos carrières se portaient pour le mieux et on commençait à repérer nos marques dans la vie. Ma femme insistait pour qu’on ait un bébé à 30 ans à cause d’une opération qu’elle venait de subir et qui réduisait ses chances pour avoir un enfant après cet âge-là.

Je n’étais pas vraiment prêt pour avoir un bébé.

A un moment donné, les suggestions se sont transformées en un véritable harcèlement : des pleurs durant nos relations sexuelles pour l’usage d’un préservatif, des sautes d’humeur et des disputes à chaque fois. Elle m’implorait à chaque fois et m’accusait de bafouer son droit à la maternité. 

J’ai fini par être convaincu par le risque médical de son opération et les conseils qu’on recevait pour concevoir un enfant à 30 ans, comme quoi on aurait toute l’énergie nécessaire pour l’élever. Après 9 mois, on eut un bébé attendrissant et en bonne santé.

Mais l’événement tellement attendu s’est transformé en calvaire. Quand le bébé faisait la joie de son père. Comme il le raconte dans la suite de son poste Reddit, il a même quitté certaines de ses habitudes quotidiennes et ses passe-temps pour aider aux tâches quotidiennes que requiert la présence d’un nouveau-né. 

Il poursuit pour dire :

« Ma femme a changé depuis, elle n’aime pas prendre soin du bébé. Elle me donne sans cesse des arguments pour justifier le fait qu’elle ne voulait jamais l’avoir et qu’elle y a été obligée. Parfois, cela devient même ridicule avec des causes comme :

·        Tu n’as jamais voulu me prendre un animal de compagnie, sinon je n’aurai jamais voulu d’un bébé.

·        C’est la pression familiale qui m’a poussé à le concevoir

·        Elle veut remettre le bébé à ses proches et le reprendre quand il aura 4 ans

·        Elle ratera plusieurs opportunités à cause du bébé

Le père ne sait plus comment s’y prendre pour la raisonner, la communauté Reddit n’a pas manqué de mentionner que sa femme présentait tous les symptômes d’une dépression post-partum.

Baby Blues ou dépression post-partum ?

Le Baby Blues est un état de déprime qui touche une grande majorité des femmes, près de 60 %, au troisième jour de couche. Il découle de plusieurs causes biologiques dont on peut citer :

·        Les causes hormonales : La chute de progestérone et d’œstrogène chute drastiquement après l’accouchement ce qui fragilise psychiquement la femme.

·        La réadaptation physique : La plupart des femmes prennent un réel plaisir à observer les changements de leur corps valorisés par l’attente du bébé. Mais après l’accouchement, la réadaptation à ce corps perçu comme abîmé par la grossesse s’avère difficile pour elles.

·        La fatigue et les épreuves pénibles auxquelles fait face une femme pendant la grossesse et l’accouchement.

·        Le manque de sommeil

Cet épisode est caractérisé par une irritabilité, un sentiment d’épuisement et de confusion accompagné de sautes d’humeur. Mais cet état ne dure pas plus de 2 semaines. Au-delà de cela, on est en présence d’un cas de dépression post-partum.

La dépression post-natale peut s’inscrire dans la continuité d’un baby blues et commence après 2 ou 8 semaines de l’accouchement. Elle est reconnaissable par plusieurs symptômes allant des troubles de sommeils et insomnies, de l’isolation sociale, des manifestations somatiques jusqu’à la psychose accompagnée de délires, d’hystéries et d’hallucinations. Pendant cette période, la femme se sent anxieuse et culpabilise de ne pas pouvoir être une bonne mère, n’arrive pas à s’adapter à la nouvelle situation. Des idées suicidaires peuvent même en découler.

Aux premiers symptômes de la dépression post-partum, il est nécessaire de consulter un spécialiste pour un traitement adéquat. L’accompagnement et le soutien sont également capitaux pour traverser cette étape.





Source link