Attentats de Pâques au Sri Lanka : Du TATP utilisé par les jihadistes

0
4


REUTERS/THOMAS PETER

Les kamikazes des attentats de Pâques au Sri Lanka il y a un mois ont recouru à du TATP, explosif prisé des jihadistes, élément crucial dans l’enquête sur une éventuelle implication étrangère dans ces attaques qui ont fait 258 morts et 500 blessés. Les autorités pensent que les jihadistes locaux ont fabriqué eux-même les bombes transportées dans des sacs à dos, mais ont bénéficié dans ce processus de l’expertise du groupe jihadiste État islamique (EI), qui a revendiqué le bain de sang, ont indiqué à l’AFP des sources proches de l’enquête.

Des kamikazes du mouvement islamiste local National Thowheeth Jama’ath (NTJ) ont causé un carnage dimanche 21 avril en frappant des hôtels de luxe et des églises chrétiennes en pleine messe de Pâques dans l’île d’Asie du Sud. Les enquêteurs croyaient initialement que les assaillants avaient recouru à du C4, explosif de prédilection de la guérilla tamoule pendant la guerre civile, mais les tests ont révélé qu’ils avaient utilisé du TATP, ou peroxyde d’acétone. Ce dernier, qui cause davantage de brûlures que le C4, est l’explosif favori de l’EI et surnommé par ses combattants « la mère de Satan ».

Le TATP a été utilisé par exemple dans les attentats de Paris en 2015, à Manchester en 2017 et contre des églises en Indonésie l’année dernière. « Le groupe avait un accès facile à des produits chimiques et engrais pour obtenir les matières premières nécessaires à la fabrication de TATP », a déclaré une source proche de l’enquête. Mais les enquêteurs estiment qu’il leur a fallu un contact direct avec l’EI pour parvenir à fabriquer leurs bombes, le TATP nécessitant une certaine expertise. « Ils ont dû avoir une rencontre en face-à-face pour transférer cette technologie. Ce n’est pas quelque chose que vous pouvez fabriquer en regardant une vidéo Youtube », a ajouté cette source. 100 kilos saisis La police a également confirmé que les 100 kilos d’explosifs saisis en janvier dans une cache dans le nordouest de l’île étaient également du TATP. Colombo passe au peigne fin les voyages des kamikazes et de suspects étrangers pour tenter de déterminer où et quand le commando a pu être formé à la fabrication de cet explosif. « Il semble qu’ils aient utilisé un mélange de TATP et plastic et de produits chimiques dans les attentats de Pâques. Il leur manquait les 100 kilos de TATP brut qui avaient été saisis en janvier », a déclaré la source proche de l’enquête.

Les forces de sécurité sri-lankaises ont procédé à une série de raids depuis les attentats suicides. 89 suspects sont actuellement en détention, a indiqué dimanche le porte-parole de la police Ruwan Gunasekera. Le chef de l’armée, Mahesh Senanayake, a déclaré la semaine dernière qu’au moins deux suspects ont été arrêtés au Qatar et en Arabie saoudite, signe du caractère international de ces attentats. Cinq jours après les attaques de Pâques, six jihadistes, trois veuves de kamikazes et six de leurs enfants ont péri lors d’une opération policière contre une cache du NTJ dans la ville de Kalmunai, sur la côte orientale du Sri Lanka.



Source link

Le Mauricien

Have something to say? Leave a comment: