«Smart City» sous administration judiciaire : 1 050 arpents mis en vente à Roches-Noires

0
10


Endettée de  plus de Rs 1 milliard, la compagnie Roches-Noires Resorts and Residence Ltd, qui est en redressement judiciaire, cherche un acquéreur pour son terrain de 1 050 arpents à Roches-Noires

Un terrain faisant cinq à six fois la superficie totale de la Cybercité d’Ébène cherche preneur. PricewaterhouseCoopers (PwC) est à la recherche d’un acquéreur pour ces 368 hectares (1 050 arpents ou 3 580 000 mètres carrés), à Roches-Noires.

Ceux intéressés devront soumettre leur offre au plus tard le 15 juillet. Le terrain a un accès direct à la mer. Les soumissions doivent être accompagnées d’un dépôt équivalant à 10% du montant proposé.

Ce vaste terrain appartient à Roches-Noires Resorts and Residence Ltd qui envisageait y construire une ville. Des investisseurs sud-africains, français et mauriciens voulaient une ville comprenant deux hôtels, des centaines de villas, un centre commercial, un quartier d’affaires, un golf et un port de plaisance.

Le 15 octobre 2005, la compagnie soumet alors son dossier au Board of Investment (BoI), dont les activités ont été absorbées entre-temps par l’Economic Development Board, pour un certificat IRS (Integrated Resort Scheme).

La société sud-africaine Elan, spécialisée en projets de développement intégré, mène la barque. Le 6 décembre 2005, une Letter of comfort est émise par le BoI. Mais les financiers ne se bousculent pas. Les promoteurs modifient leur projet. En 2007, un nouveau schéma directeur est soumis et le BoI émet une nouvelle Letter of intent. Elan se désengage, pour elle, le projet est trop compliqué et n’est pas viable. Jean Marie Bain, nouveau investisseur, la remplace. Une licence EIA (Environmental Impact Assessment) est demandée, puis obtenue quelques mois plus tard.

Le décollage n’a toujours pas lieu. Le 11 février 2011, Roches-Noires Resorts and Residence Ltd informe les autorités qu’elle ne parvient pas à assurer le montage financier. La compagnie est placée sous administration judiciaire avec André Bonieux et Adhinatsingh Lutchumn comme administrateurs.

Ces derniers trouvent un investisseur. Le groupe chinois YIHE se positionne en 2012 et incorpore Island Summer Palace qui investit dans Roches-Noires Resorts and Residence Ltd. Le projet change de visage. YIHE propose de réaliser son projet en trois phases. Au menu : trois hôtels et un quartier de loisirs, une zone commerciale, un centre de convention, un Business Hub et plusieurs centaines de résidences à des prix variables, sans oublier un quartier entier dédié à l’enseignement supérieur. Coût de l’investissement : Rs 44 milliards. Tout est en place pour le décollage.

Mais, l’Aviation civile enterre le projet en 2013. Elle avance que le projet nuirait à son projet de piste d’atterrissage pour un second aéroport. L’Opposition allègue que la raison derrière est que le Premier ministre d’alors, Navin Ramgoolam, ne souhaite pas voir une ville en face de son campement à Roches-Noires. Un argument que le principal concerné dément au Parlement.

Quand l’Alliance Lepep arrive au pouvoir, l’Aviation civile change d’avis. Le projet renaît de ses cendres avec le même promoteur. Mais, trop tard. YIHE a revu ses plans d’investissements pour Maurice.

Roches-Noires Resorts and Residence Ltd passe sous administration judiciaire. Rajeev Basgeet, Receiver and Manager chez PwC, est nommé en octobre dernier pour trouver un investisseur pour la compagnie qui a une ardoise de plus de Rs1,1 milliard.



Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment: