Un essai confirme l’efficacité d’un nouvel antidépresseur à base d’eskétamine

0
13


La Food and Drug Administration (FDA) américaine autorisait il y a quelques semaines le développement d’un spray nasal à base d’eskétamine pour lutter contre la dépression. L’un des essais menant à cette approbation vient d’être publié.

Nous parlons ici d’eskétamine, une variante de la kétamine anesthésique. Le composé présente une chimie similaire, mais à des doses beaucoup plus faibles. Les chercheurs savent depuis quelques années que le médicament est efficace pour lutter contre la dépression. Il est d’ailleurs parfois admis par intraveineuse chez les personnes souffrant de sévères troubles dépressifs. Son accès reste néanmoins très limité. Mais les choses sont en train de changer. Récemment, la FDA autorisait en effet la mise en place d’un médicament capable d’être administré par voie nasale.

Un nouveau moyen de lutte

Plusieurs essais cliniques ont en effet révélé que ce nouveau spray pourrait être efficace chez les personnes n’ayant pas répondu aux traitements classiques. L’un des essais menant à cette autorisation nous présente ses résultats. Michael Thase et M. D.,  deux des auteurs du papier, ont récemment décrit cette étude lors d’une réunion d’information tenue lors de la réunion annuelle de l’American Psychiatric Association.

L’essai clinique de phase 3 avait été mené dans 39 centres de traitement ambulatoire entre les mois d’août 2015 et de juin 2017. Environ 200 personnes souffrant de dépression modérée à sévère étaient concernées. Et toutes ne répondaient pas aux traitements classiques.

Dans le cadre de cette étude, les sujets ont été assignés au hasard soit au groupe 1, soit au groupe 2. Dans le premier groupe, les participants ont été traités avec un spray nasal à base d’eskétamine (56 ou 84 mg deux fois par semaine) associé à un antidépresseur (duloxétine, escitalopram, sertraline ou venlafaxine à libération prolongée). Les participants de l’autre groupe en revanche, ont été traités avec un spray nasal placebo, associé au même antidépresseur.

eskétamine
L’eskétamine bientôt utilisée pour traiter la dépression ? Crédits : Wikipédia

Quelques effets secondaires

Résultat : tous les patients du premier groupe ont connu une nette amélioration de leurs symptômes au bout du 28e jour, contrairement aux autres. Certains effets indésirables ont néanmoins été ressentis (nausées, vertiges, altération du sens du goût). La plupart de ces effets sont apparus rapidement et ont disparu après une heure et demie. Et environ 7 % des participants ont préféré stopper l’étude en raison de ces troubles secondaires. Malgré tout, les avantages l’emportent largement sur les risques. D’où l’approbation.

« Cet essai sur l’eskétamine a été l’un des essais pivots de la FDA dans son examen de ce traitement chez les patients souffrant de dépression résistante au traitement, explique Michael Thase. Non seulement le traitement adjuvant à l’eskétamine a été efficace, mais l’amélioration a été évidente dans les 24 premières heures. Le nouveau mécanisme d’action de l’eskétamine, associé à la rapidité des bénéfices, souligne à quel point ce développement est important pour les patients souffrant de dépression difficile à traiter ».

On rappelle également que pour le moment, seuls quelques établissements auront l’autorisation d’administrer ce nouveau traitement. Pour les concerné·e·s, une dose devrait normalement être administrée deux fois par semaine pendant les quatre premières semaines, parallèlement à un nouvel antidépresseur oral. Les patients devraient ensuite passer à une dose par semaine pendant les quatre semaines suivantes. Pour la suite, tout dépendra de la réaction de chaque patient.

Source

Articles liés :

Un lien biologique entre un régime riche en graisses et la dépression

La religion et la spiritualité peuvent-elles réduire les risques de dépression ?

Allez au cinéma et dans les musées (une fois par mois) pour vaincre la dépression





Source link