Categories: Reunion

[Faits Divers] Retour sur ” l’énigme” de la dernière nuit de Carl Davies


Comment Carl Davies a-t-il été tué ? Comment son corps s’est-il retrouvé à l’arrière d’un terrain militaire fermé au public ? Qui a croisé son chemin cette nuit du 7 au 8 novembre 2011 ? La première journée du procès en appel de Vincent Madouré a laissé entrevoir les difficultés de l’enquête et les zones d’ombre qui demeurent encore aujourd’hui.

“Il quitte le Roland-Garros et traverse en direction de la mer. Il est 00h04 le 8 novembre 2011, c’est la dernière image qu’on a de Carl Davies vivant.” Décrivant le contenu des bandes de vidéosurveillance de la célèbre brasserie du Barachois, l’ancien chef de la brigade criminelle reconnaît que la mort du marin anglais recèle encore son lot de mystères. Au premier des trois jours du procès en appel de Vincent Madouré, seul membre du gang de la BLR a avoir été condamné pour le meurtre en bande organisée de Carl Davies, la cour d’assises est longuement revenue hier sur le déroulement de l’enquête. Ses enseignements, mais aussi les nombreuses zones d’ombre qu’elle n’a pu éclaircir.

“Personne n’est capable de dire où a eu lieu l’agression” avoue le policier, qui a travaillé de façon exceptionnelle avec la section de recherches de gendarmerie, co-saisie par le juge d’instruction. On sent bien qu’à l’époque, la justice veut mettre le paquet pour rattraper le démarrage raté de l’enquête sur la mort de cet ex-commando de marine de 33 ans reconverti dans la sécurité sur les cargos, venu passer une soirée d’escale dans le chef-lieu avec deux collègues du bord.

La découverte de son corps sans vie dans un déversoir d’eaux pluviales en contrebas du boulevard U2, à l’arrière du terrain du RSMA le 9 novembre 2011 au matin et un premier examen médical loupé vont d’abord orienter l’enquête vers la piste d’une chute accidentelle. Ce qu’une première autopsie va rapidement contredire (lire par ailleurs). Une blessure au flanc gauche et surtout un “fracas crânien” compatible avec des coups portés avec une grande violence ne laissent plus guère de doutes sur la nature criminelle des faits…

“ON A FERMÉ TOUTES LES PORTES”

Commence alors un travail de titan pour la dizaine d’enquêteurs mobilisés : battues, tests de projection avec un mannequin, près de 200 bornages téléphoniques épluchés, des dizaines d’heures de vidéosurveillance saisies, tous les flashs de radar du littoral analysés, une centaine de témoins “et presque toutes les prostituées de la Réunion” interrogés… Du Barachois au Carré Cathédrale en passant par le Mac Donald’s de l’avenue de la Victoire, les enquêteurs parviennent à retracer la dernière soirée de Carl Davies, jusqu’à cette heure cruciale où il quitte ses camarades sans raison apparente. “On a ouvert et fermé toutes les portes possibles”, assure le commandant dans le jargon policier.

Saint-Denis était quasi-déserte ce lundi soir, hormis le Carré Cathédrale et le Barachois, où Carl Davies et ses amis vont faire une rencontre qui prend de la place dans le dossier. Celle d’Eugène Evans, un Canadien qui anime un club de discussion en anglais et invite les trois marins à se joindre à eux. “Un personnage spécial, qui parle beaucoup” reconnaît l’enquêteur. Evans, “maniaco-dépressif” apparu à plusieurs reprises dans les médias après les faits et qui se répand sur les réseaux sociaux sur ce qu’il pense être arrivé à Carl Davies, est un temps dans le collimateur. Avant d’être mis hors de cause.

Son ami et “chauffeur”, un SDF nommé Alexandre et dont la voiture partira à la casse quelques jours après le crime, a quant à lui fait des “déclarations troublantes” aux enquêteurs, évoquant assez tôt la possibilité “d’un coup de tournevis” porté à Carl Davies… “Cette porte n’est pas fermée”, reproche la présidente au sujet de ce “témoignage étonnant.” La défense boit du petit lait.

“INSUFFISANCES”

D’autant que l’avocate générale, saluant pourtant “le travail considérable des enquêteurs”, va également reprocher à un gendarme interrogé “les insuffisances” des vérifications concernant la discothèque Le Loft, rue Amiral Lacaze. Repère de la BLR, une bande de jeunes qui sera impliquée dans une centaine d’agressions en centre-ville, la boîte de nuit est suggérée assez tôt comme une piste par un appel anonyme. Quand ce gendarme quitte la Réunion mi-2013, lui et ses collègues sont “complètement démunis”, face à “une énigme”, dans l’incapacité même de dire avec certitude si le corps a été amené par le bas, ou “balancé” par le haut.

Quelque temps plus tard, alors que la BLR est tombée depuis novembre 2012, des écoutes entre membres du gang évoquent l’agression “d’un boug anglais” à qui l’un d’eux avait “kine la tête.” La conviction du policier est faite : “Je suis persuadé qu’on a eu les bons entre les mains”, maintient le commandant de la crim’.

Deux des accusés bénéficieront pourtant d’un non-lieu devant la chambre de l’instruction. Reste Vincent Madouré, condamné le 23 juin 2017 à 15 ans de réclusion malgré des réquisitions d’acquittement. Ses seuls mots d’hier ont été : “Je suis innocent.”

Sébastien Gignoux

Trois autopsies pour deux certitudes

Quand le corps de Carl Davies est découvert en contrebas du boulevard U2 ce 9 novembre 2011, la piste criminelle n’est pas envisagée d’emblée. Un premier examen de corps constate bien des blessures à la tête, mais ne décèle pas la blessure au flanc gauche causée par un objet pointu. Ce n’est que le 17 novembre qu’une autopsie est finalement ordonnée, avant que la dépouille ne soit renvoyée à Londres.

Cette fois, la plaie au flanc et les multiples hématomes et fractures, en particulier de la boîte crânienne, ne laissent plus de doute au légiste. “Il y a eu des coups portés sur la tête à haute énergie, c’est-à-dire une grande violence, sans doute avec un objet contondant type batte de base-ball ou gourdin” a répété hier le médecin de l’institut médico-légal de La Réunion.

LE CORPS DÉPLACÉ

Si l’examen écarte des violences sexuelles et montre l’absence de lésions de défense, il met également en lumière des lividités cadavériques indiquant sans équivoque que “le corps a été mobilisé post-mortem.” En clair : Carl Davies a été tué ailleurs, et son corps a été déplacé ensuite.

Une deuxième autopsie réalisée à Paris le 23 novembre conclue également une mort par “traumatisme crânien majeur” et relève des traces “compatibles avec une rixe.” C’est finalement l’examen réalisé tardivement en Angleterre qui relance l’hypothèse d’un accident de la circulation : “les blessures peuvent correspondre au choc avec un véhicule de quelqu’un qui se retourne” soumet le coroner. Une éventualité vite balayée par les experts français, en l’absence de blessures majeures aux membres inférieurs.

“Nous voulons la justice pour Carl”

Arrivés de Grande-Bretagne au terme d’un voyage éprouvant, Andy et Maria Davies, les parents de Carl, accompagnés par leur gendre, retrouvaient hier les bancs de la cour d’assises de la Réunion, deux ans après le premier procès. Forcément anxieux à l’idée de revivre le calvaire de leur fils, et d’être confrontés à une désillusion judiciaire. “Ce que nous attendons ? La justice pour Carl. Nous la devons à notre fils” expliquait hier Andy Davies, avec la dignité dont sa famille a fait preuve depuis la perte de “ce garçon chaleureux” et au “parcours riche” qu’était leur fils.

Pour eux, la culpabilité des membres de la BLR dans ce dossier est indiscutable. “Que l’accusé ressorte non coupable serait inacceptable. Même si ce n’est qu’un petit joueur dans l’affaire, il faisait partie du gang, il sait ce qui s’est passé” poursuit Andy Davies. “À lui de voir s’il veut encore tout assumer tout seul ou dire la vérité, même si on voit bien qu’il a peur de parler.”

Maria Davies, elle, en appelle à son sens de la famille : “Il dit qu’il est innocent, qu’il ne veut pas aller en prison parce qu’il a une famille. Mais nous aussi nous étions une famille, et on nous a enlevé notre garçon.”



Source link


Have something to say? Leave a comment:

Mopays.com

Comments are closed.

Recent Posts

Mauritius – Southern Island discovery, |SID|

navneetvideos Southern Island discovery |SID| Mauritius #NavneetBuzz The most value for money experience u get wen u tk d Southern…

1 min ago

Southgate gives England stars holiday before Nations League finals

Gareth Southgate gives England players permission to fly abroad for holidays during mini-break from their UEFA Nations League training campEngland…

2 mins ago

10 questions que nous avons encore après la saison 1 de Dead To Me

Mort pour moi est une version récente Netflix série composée de dix épisodes de 30 minutes qui sont presque impossible…

7 mins ago

Mauritius Trip Part#1

Trip to the beautiful Mauritius Part #1 GET FREE FLIGHTS, by clicking on the link below: https://caf5agome2l9dlfasvgoj7h-6i.hop.clickbank.net/ source Have something…

25 mins ago

That was a one of a kind viewpoint #hike #summer #mauritius…

That was a one of a kind viewpoint #hike #summer #mauritius Source Have something to say? Leave a comment:

27 mins ago

Valencia’s Dani Parejo insists Barcelona will be fully motivated for the Copa del Rey final

'Liverpool defeat was tough for them... but time has passed': Dani Parejo insists Barcelona will be fully motivated for the…

29 mins ago