Anand Mulloo: «Il faut décloisonner l’enseignement»

0
50
Booking.com


Anand Mulloo, écrivain et ancien pédagogue.

Anand Mulloo déborde d’énergie et fait preuve d’une vivacité d’esprit impressionnante. L’écrivain termine actuellement un ouvrage pédagogique, «Politics for all», qui sera lancé dans quelques semaines..

À le voir déambuler d’un pas alerte, monter et descendre l’escalier jouxtant son bureau, on ne donnerait pas ses 83 ans à Anand Mulloo. L’octogénaire a depuis longtemps pris sa retraite de l’Éducation nationale. Cependant, il porte toujours un intérêt particulier à la pédagogie. L’ancien Senior Education Officer ne peut s’empêcher de regretter que l’apprentissage à l’école soit de plus en plus déconnecté de la vie réelle.

Le retraité rappelle comment quand il était responsable du département d’histoire, au John Kennedy College, dans les années 70, il invitait régulièrement des acteurs du monde socio-économique à s’adresser à ses élèves. Le pédagogue organisait aussi des expositions hors du collège et y conviait les élèves d’autres institutions. «Éduquer, c’est encourager l’ouverture. Il faut décloisonner l’enseignement», soutient notre interlocuteur. 

Parallèlement à sa carrière d’enseignant, Anand Mulloo s’est depuis sa jeunesse consacré à l’écriture. À ce jour, il a produit une vingtaine d’ouvrages littéraires, dont le premier, «Watch them go down», a été publié en 1967. Le roman raconte la pénible vie des travailleurs agricoles vivant dans un camp sucrier à l’ère coloniale.

La réalité sociale a toujours été une préoccupation pour l’écrivain. Il en a fait part dans de nombreux articles de presse publiés dans Advance, à l’époque.

L’expérience de vie et les lectures d’Anand Mulloo poussent l’homme vers le radicalisme. Dans les années 70, il se réclame du socialisme et proteste contre l’État d’urgence imposé par le gouvernement de coalition de l’époque. Cela, même si le fonctionnaire Mulloo entretenait des relations cordiales avec sir Seewoosagur Ramgoolam.

Sensibilisation aux problèmes sociaux

Avec des amis, dont Osman Gendoo, Krishnalall Coonjan, Krishna Baligadoo, notre interlocuteur est parmi les fondateurs de la Society for Democratic Action. Le groupe fait de la sensibilisation aux problèmes sociaux. Quelque temps après, la plupart de ses membres intègrent le Mouvement militant mauricien. (MMM).

C’est ainsi qu’aux élections générales de 1976, Anand Mulloo brigue les suffrages dans la circonscription n°14 (Savanne–Rivière-Noire), sous la bannière du MMM. Il est battu et retourne à l’enseignement et à l’écriture. 

Après un passage dans des collèges privés, l’enseignant rejoint le Mahatma Gandhi Institute (MGI). «C’était une aubaine : en même temps que j’assurais mes cours, j’avais à portée de main les archives du MGI», fait-il remarquer. 

Anand Mulloo s’engage dans des recherches documentaires intenses. Il publie des biographies, dont celles du pandit Sahadeo et de sir Anerood Jugnauth. Les ouvrages de l’écrivain mauricien sur la diaspora indienne lui confèrent une reconnaissance à l’international, plus particulièrement en Inde. 

Malgré son âge avancé, Anand Mulloo n’abandonne pas l’écriture. Il vient de terminer le premier tome de «Politics for all», conçu comme un outil pédagogique. Déjà sous presse, le livre sera lancé dans quelques semaines. Mais l’infatigable Anand Mulloo s’attaque déjà à l’écriture du deuxième tome.




Source link

Lexpress

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com