Le CP Mario Nobin: «Je suis un homme intègre»

0
114
Booking.com


Le CP a déclaré à «l’express» hier qu’il n’a rien à se reprocher dans l’affaire Mike Brasse.

«Le commissaire de police est un homme compétent. Il y a peu d’officiers de son statut. Personne ne pourra pointer du doigt Mario Nobin!» C’est à la troisième personne que le commissaire de police (CP) s’est adressé à l’express. La commission anticorruption (ICAC) s’intéresse au rôle qu’il aurait joué dans l’octroi d’un passeport au trafiquant de drogue Mike Brasse. Le Central Criminal Investigation Department (CCID) enquête également. Or, Mario Nobin récuse toute maldonne. «Faites votre enquête, vous allez voir qui dit la vérité et qui fabule. Je n’ai rien à me reprocher.»

Le CP insiste : «C’est moi qui ai demandé cette enquête. Si j’avais quelque chose à me reprocher, pas une seconde je ne me trouverais dans le fauteuil du CP.» Au dire de Mario Nobin, il y a des choses qu’il ne peut dire pour le bon déroulement de l’enquête. «Mais j’ai demandé à fouiller partout dans mon compte, partout. Je suis un homme intègre, j’ai toujours travaillé d’arrache-pied.»

Il ajoute que pendant 43 ans, il a bénéficié du soutien de tous, sauf de «certaines personnes mal intentionnées». Vise-t-il l’assistant surintendant de police (ASP) Narendra Kumar Boodhram ?

Suivant les révélations de l’émission Menteur menteur, l’ancien no 1 du Passport and Immigration Office (PIO) a confirmé que le CP Nobin serait intervenu pour qu’un Restrictive Passport soit remis au trafiquant Mike Brasse le 17 septembre 2016, pour un voyage à La Réunion. Sur place, le skipper a été arrêté avec Rs 600 millions d’héroïne

L’enquête initiée par le CCID met le CP en mauvaise posture. Ceux interrogé ont déclaré avoir agi sous les ordres de Mario Nobin. L’ASP Boodhram, qui a récemment été muté dans le Sud, a expliqué aux enquêteurs qu’il avait reçu un appel de Mario Nobin. Ce dernier lui aurait dit : «Éna enn boug apel Brasse inn perdi so paspor ek li bien bizin vwayazé. Mo finn anvway ou Domah so rapor é mo pé dir boug-la vinn laba. Fer li gagn so paspor.» Lundi, c’est l’ICAC qui l’a longuement interrogé sur le rôle de Mario Nobin dans cette affaire.

L’assistant commissaire de police Vinod Domah, entre-temps parti à la retraite, officiait comme Divisional Commander du Nord. Il a été interrogé il y a quelques semaines par le CCID, de même qu’un sergent, Chief Clerk à la Northern Division. Ils ont relaté que Mike Brasse était venu les voir sous les instructions du CP.

Le CCID … enquête sur le CP ?

Reste que cette situation risque de déboucher sur une crise institutionnelle et un conflit d’intérêts. D’aucuns ont émis des doutes quant à savoir si le CCID est habilité à enquêter sur le CP. Selon les standing orders de la police, un officier ne peut être interrogé que par un officier appartenant à deux rangs supérieurs à lui.
 
Mario Nobin étant le chef hiérarchique de la police, on voit mal le CCID le convoquer pour un interrogatoire et encore moins procéder à une éventuelle arrestation car c’est le chef de la police qui a le pouvoir d’arrestation (powers of arrest). Un problème auquel est aussi confronté l’ICAC. En revanche, celle-ci est en droit de convoquer le CP et l’interroger, selon la loi, a confirmé le directeur Navin Beekarry.

Alors que la Police Officers Solidarity Union demande qu’un juge de la Cour suprême mène une enquête indépendante, dans les cercles légaux, on soutient que l’arbitrage du Directeur des poursuites publiques deviendrait nécessaire. Notre source cite le cas de l’ancien CP Raj Dayal, qui avait fait l’objet d’une enquête policière seulement après avoir été suspendu de ses fonctions par le président de la République, en novembre 1997.
 

Qui est l’ASP Boodhram ?

L’ASP Narendra Kumar Boodhram (photo) compte 29 ans au sein de la police. Il est détenteur d’un Bsc in Law with Management de la London School of Economics and Political Science, un «master» of Science in Security and Risk Management de l’université de Leceister et une qualification en tant que pilote d’hélicoptère. 

Durant sa carrière, il a aussi travaillé à l’Helicopter Squadron, aux divisions Ouest et Sud, à la police du port pendant cinq ans, avant d’atterrir au PIO. Durant son passage au PIO, l’ASP Boodhram a initié quatre grands projets. Il a renforcé la «tracking team» et introduit de nouveaux équipements pour aller à la chasse aux immigrants illégaux, mis en place l’Advance Passenger Information and Passenger Name Record System, le E-visa et le passeport biométrique. C’est en 2002 qu’il a été promu ASP.




Source link

Lexpress

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com