[Faits Divers] Il avait appâté un enfant avec un téléphone portable

0
57
Booking.com


Un Saint-Louisien avait offert à un garçon de 11 ans un téléphone pour “échanger avec lui”. Après des messages à caractère sexuel, le pire avait été évité de justesse.

La vigilance d’une mère de famille a sauvé son enfant d’une horreur certaine, en décembre dernier. Depuis plusieurs jours, cette Saint-Louisienne avait constaté un comportement étrange de la part de son fils de 11 ans, qui s’isolait dès que son téléphone vibrait. Elle lui confisque l’appareil et découvre des messages à caractère sexuel. Croyant correspondre avec Kévin*, l’expéditeur ne se doute de rien et lui demande rapidement de se masturber, puis de le faire ensemble, avant d’essayer de fixer un rendez-vous pour passer à l’acte. L’intervention de la mère permet de retrouver Mathieu, 25 ans, qui vit chez ses parents dans la même cité.

A la barre du tribunal correctionnel de Saint-Pierre, hier, l’homme plaide un simple “blocage”. C’est pourtant lui qui a offert le téléphone à Kévin deux jours plus tôt, après avoir essuyé un refus auprès d’un autre jeune du quartier. “C’est venu comme ça. C’était pour parler, avoir un camarade”, bredouille-t-il. “Vous donnez un téléphone à un enfant que vous ne connaissez pas, vous aviez bien quelque chose derrière la tête”, lui fait remarquer la présidente, précisant que les enquêteurs ont retrouvé sur ses appareils informatiques 1 700 images pornographiques, certaines mettant en scène des mineurs, toujours des garçons. Pendant ses auditions, Mathieu a pourtant nié tout désir sexuel, soutenant ne jamais s’être masturbé et ne pas avoir eu de relation sexuelle. En 2017, il avait déjà été entendu dans une affaire de relation sexuelle avec une mineure de moins de 15 ans, avant d’être relaxé.

 

“PROFIL PLUS QU’INQUIÉTANT”

 

Face aux juges, Mathieu rentre les épaules, baisse la tête, le regard fuyant, grommelant des réponses à peine audible. A plusieurs reprises, il fait part de sa volonté d’être soigné. Son conseil, Me Céline Germand-Robert parle d’un jeune homme “extrêmement réservé, honteux, qui n’a jamais parlé de sexualité avec sa famille”. Me Jérôme Maillot, avocat de la partie civile, croit au contraire déceler en Mathieu “un menteur patenté au profil plus qu’inquiétant, à la recherche de personnes jeunes et peu structurées”.

La représentante du ministère public n’hésite pas à voir en lui “le visage d’un pédophile”, au vu des photos téléchargées et des messages envoyés. “Il sait très bien cacher son jeu. Dans sa famille, il est vu comme quelqu’un de génial. Heureusement qu’on a pu l’arrêter à ce stade.”

Mathieu a été reconnu coupable des faits de corruption de mineur et détention d’images à caractère pornographique. Le tribunal l’a condamné à 18 mois de prison avec sursis mise à l’épreuve pendant deux ans, interdiction d’exercer une activité auprès d’enfants et obligation d’un suivi socio-judiciaire sur une durée de trois ans. Il sera également inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais). Et devra verser une amende pour le préjudice moral, à hauteur de 1500 euros pour la victime et 1000 euros pour sa mère.

 

J.C.

 

* Prénom d’emprunt



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com