Raksha Teckah – Un pied dans l’artisanat

0
15


Raksha Teckah, que tous appellent affectueusement Shika, est âgée de 17 ans. Cette habitante de St-Paul fait partie de ces jeunes qui ont à cœur de perpétuer les métiers de l’artisanat. Depuis presque deux ans, elle a suivi la voie de sa mère dans l’art de customiser les sandales. Notre jeune lectrice recouvre, sublime et décore les sandales avec des matières comme du fil et des morceaux de jute, des perles, des fleurs et d’autres accessoires. “Avant, ma mère fabriquait des colliers et personnalisait des bijoux.”

La jeune fille a quitté les bancs de l’école à 14 ans. N’étant pas en âge de travailler avant sa majorité, elle a dû apprendre un métier pour être en mesure de contribuer financièrement aux dépenses de la maison. “Contrairement aux autres jeunes de mon âge, j’adore toutes les corvées ménagères”.

Shika adore les pages culture de Scope. Une de ses plus grandes passions est d’assister à des concerts où se produisent des artistes locaux. Elle adore écouter de la musique, surtout du dancehall, du zouk et du séga, mais aussi faire des balades à moto avec son petit ami. “J’aime redécouvrir notre île, qui est à mes yeux un des plus beaux de l’océan Indien.” La découvrir à moto procure à la jeune fille un plus grand plaisir, “avec une sensation de liberté”.

La religion a une très grande importance dans la vie de Shika, qui ne manque pas une occasion de se rendre à la messe les dimanches.

La boîte à questions

Notre invité a plongé sa main dans notre boîte à questions. Et le hasard lui a imposé ce qui suit.

En quel animal aimeriez-vous vous réincarner ?

Le chat ! C’est un animal doux et très attachant. Malheureusement, là où j’habite, il est difficile d’en envisager un, vu que nous sommes à l’étage. Mais un de mes plus grands souhaits serait un jour d’en posséder plusieurs. J’accueillerais tous les chats malheureux de la terre…

Que direz-vous à Dieu quand vous le verrez ?

Quand je verrai Dieu, je le remercierai d’abord et lui demanderai de m’aider à me sortir de mes problèmes et de me garder en bonne santé. Je lui demanderai aussi de m’aider dans mes projets, car je veux voyager et être un jour propriétaire d’une maison. Je penserai aussi aux autres : je lui demanderai de veiller sur tous les membres de ma famille, mes amis et connaissances.

Pensez-vous que nous sommes seuls dans l’univers ?

J’adore les films où des extraterrestres sont à l’affiche. Ça pousse très loin mon imagination. Je rêve aussi souvent à des petits bonhommes verts, avec des oreilles pointues qui nous envahissent… (rires)

Vivre d’amour et d’eau fraîche, ça vous dit ?

Quand on entend cette phrase, on peut penser que l’amour suffit pour vivre. Mais en réalité, même si je suis très jeune, je sais que vivre uniquement d’amour et d’eau fraîche est impossible. Il faut une base solide pour vivre. C’est important d’avoir une maison, un bon travail, une vie sociale et de quoi se mettre sous la dent…

Quelle est votre plus grande frousse ?

J’ai très peur des araignées. Imaginer simplement leurs petites pattes veloutées me marcher dessus me donne des frissons. Vivant dans une île tropicale, on est obligé d’en voir. Mais les autres savent que je vais crier et me sauver. Et pas question que je m’en approche pour les tuer ou les faire fuir : j’aurais trop peur que ses pairs viennent se venger après (rires).

Racontez-nous le plus grand secret que vous a confié votre meilleur(e) ami(e) ?

À l’âge de 15 ans, le plus grand secret que j’ai confié à ma meilleure amie est que j’ai eu une amourette avec un garçon. Même si je suis très proche de ma mère, elle n’en a rien su. Je faisais aussi des petites escapades bon enfant chez une tante à moi dans la journée.

Qu’offrirez-vous au Premier ministre s’il vient chez vous à l’heure du dîner et de quoi lui parlerez-vous ?

Un bon curry de poulet, assorti de pommes de terre et d’une salade de laitue, accompagnés de riz. Je suis un vrai cordon-bleu et, croyez-le ou pas, il va se lécher les doigts.

Je lui demanderai pourquoi il a décidé de faire ce Metro Express. Beaucoup de gens sont incommodés par sa construction et d’autres font des accidents. Un petit pays comme Maurice n’a pas besoin de ce mode de transport.

Si vous deviez changer un trait de votre personnalité, quel serait-il ?

Ce serait d’atténuer un peu mon côté colérique. Je démarre souvent au quart de tour quand quelque chose ne me plaît pas ou si quelqu’un m’énerve. Je suis aussi un peu trop autoritaire et possessive. On m’en fait souvent la remarque, mais c’est plus fort que moi. Ça fait partie de ma personnalité.

Qu’auriez-vous fait si vous aviez les pouvoirs de Superman ?

J’aurais neutralisé tous les méchants de la terre. À commencer par les politiciens corrompus, les criminels et autres malfrats qui tuent, volent et font du mal autour de nous. Il est inimaginable, en 2019, de voir dans la presse des faits divers les uns les plus horribles que les autres.

À quelle occasion sortez-vous le champagne ?

Je sors le champagne à l’occasion d’un anniversaire. Lorsque je me marierai, je compte sabrer le champagne pendant trois ou quatre jours. C’est un jour mémorable qu’il faudra fêter comme il se doit.



Source link

Le Mauricien

Have something to say? Leave a comment: