Ghadamès, conférence mirage – JeuneAfrique.com

0
16



Khalifa Haftar saluant le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, le 5 avril à Benghazi. © LNA War Information Division/AFP


Le conclave prévu dans l’oasis de l’Ouest devait constituer une étape cruciale vers l’organisation d’élections présidentielle et législatives. C’était en tout cas le souhait de Ghassan Salamé, l’émissaire du secrétaire général de l’ONU pour la Libye.


Le Libanais a vu ses espoirs s’envoler avec l’offensive de l’ANL. Le timing, à quinze jours de la conférence nationale à Ghadamès qui devait paver la voie des élections générales, soulève des interrogations. Le maréchal a-t-il délibérément saboté un processus politique déjà embrouillé ?

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.








Source link

JeuneAfrique

Have something to say? Leave a comment: