Une adolescente de 15 ans est défigurée car elle est coupable d’être « trop jolie »

0
57
Booking.com


Au-delà de ses répercussions psychologiques dévastatrices, la délinquance juvénile est souvent associée à des actes d’une brutalité extrême qui détruisent les vies de ses nombreuses victimes. Viols, coups, agressions, racket… cette vague de violence alimentée par une myriade de sentiments diffus mène parfois à commettre l’irréparable. Ainsi, la prévention est non seulement souhaitée mais elle est cruciale. Nos confrères du Dailymail relayent les conséquences tragiques de cette délinquance à travers l’histoire bouleversante d’une adolescente défigurée pour la simple et bonne raison qu’elle serait trop « jolie »…

Les comportements violents entre adolescents sont loin d’être inhabituels. Que ce soit en cours ou dans un contexte extérieur, le harcèlementphysique dans son état brut touche un grand nombre de jeunes qui traversent parfois des situations d’une cruauté indescriptible. En effet, la délinquance juvénile traîne derrière elle un cortège de souffrances physiques mais aussi moralement destructrices pour les victimes qui en subissent les frais.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la violence chez les jeunes entraînerait la mort de 200 000 personnes âgées de 10 à 29 ans, soit 43% du taux d’homicide mondial enregistré chaque année pour cette tranche d’âge. En France, les moins de 18 ans seraient responsables de 9% de cas enregistrés par la police concernant les coups et blessures volontaires.

Julia Alvarez : coupable d’être trop belle

A 15 ans à peine, Julia Alvarez va subir les conséquences désastreuses de la jalousie de deux filles qui la jugent coupable d’être trop « jolie ». L’histoire se passe en Argentine, où Flor, 18 ans et sa sœur Maira âgée de 16 ans, décident de punir l’adolescente en raison de son beau visage. Déterminées à défigurer celle qu’elles jalousent au plus haut point, ces sœurs impitoyables s’attaquent à la jeune fille et lui mutilent le corps et le visage à coups de couteau.

Une adolescente de 15 ans est défigurée

Une adolescente de 15 ans est défigurée

Julia sera retrouvée en sang par des passants qui appellent les secours. D’après le rapport de police, les deux sœurs auraient ouvertement fait part de leur jalousie à son égard et lui auraient déclaré qu’elle ressemblerait bientôt à Chucky, une poupée au visage mutilé ayant fait l’objet d’une série de films d’horreur.

Une adolescente de 15 ans est défigurée

Dévastée par cette nouvelle apparence, Julia Alvarez subit un choc considérable lorsque la police refuse d’engager des poursuites contre Flor et Maira. Elle décide alors de publier des images de ses blessures sur les réseaux sociaux pour obtenir le soutien de la communauté locale.

Une adolescente de 15 ans est défigurée

Une adolescente de 15 ans est défigurée

Face à ces images qui glacent le sang, la police n’aura d’autre choix que de faire son travail et interroger les deux suspectes. En raison de son âge, Maira (16 ans) sera relâchée par les autorités. En revanche, sa sœur sera maintenue en détention, ayant l’âge légal pour être poursuivie en justice.

La violence chez les adolescents

Selon de nombreux habitants locaux choqués par cette histoire dramatique, les deux sœurs n’en seraient pas à leur premier coup et seraient même connues pour leurs activités délinquantes sous l’effet de la drogue. En effet, les raisons sous-jacentes à une telle violence sont souvent enracinées dans des problèmes de dépendance plus profonds.

Dans un rapport consacré aux filles adolescentes, The National Institute on Drug Abuse for Teens (NIDA) explique que ces dernières seraient plus enclines à commettre des actes violents sous l’influence d’alcool ou de stupéfiants. Nos confrères du journalThe Guardian mentionnent quant à eux un courage « chimique » induit par la consommation de substances illicites. Ainsi, il permettrait de mettre en pratique des actes trop violents pour être réalisés en étant sobre.

Causes et facteurs de risque

L’OMS se penche également sur ce phénomène qui s’avère meurtrier. En effet, ses facteurs de risque sont nombreux et capables d’affecter de nombreux adolescents. Selon cet organisme, la violence chez les jeunes serait un problème de santé publique à l’échelle mondiale puisque ses causes découleraient non seulement de l’individu en question mais aussi de la communauté qui l’entoure. Parmi les risques majeurs associés à la violence des adolescents, l’OMS cite notamment :

·      Une consommation d’alcool ou de drogues dès l’adolescence

·      La violence domestique

·      L’échec scolaire ou engagement faible à l’école

·      L’appartenance à des gangs ou autres groupes criminels

·      Les lois mises en place par le gouvernement du pays concerné

·      La pauvreté





Source link

Booking.com