Plus de 90% des glaciers disparaîtront des Alpes si rien n’est fait pour limiter le réchauffement global

0
18


Les nombreux glaciers qui coiffent actuellement les Alpes européennes risquent de disparaître en quasi-totalité d’ici la fin du siècle si le réchauffement se poursuit au rythme actuel. C’est ce que rapporte une étude majeure publiée le 9 avril dernier. Les résultats ont été présentés à l’assemblée générale de l’EGU – l’union européenne des géosciences. Ils appuient encore une fois l’urgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter la hausse des températures.

Le caractère régulateur des glaciers

En Europe, une conséquence marquante du réchauffement climatique est le recul prononcé des glaciers Alpins. Ce retrait n’a pas uniquement des implications esthétiques. En effet, les glaciers jouent un rôle important d’un point de vue hydrologique. En hiver, ils stockent l’eau et la libèrent activement durant la saison chaude. Ainsi, ils permettent d’alimenter les rivières en période sèche ce qui influence la faune, la flore, l’agriculture et la production hydroélectrique. Par ailleurs, le tourisme dépend fortement de leur présence.

Glaciers Alpes
Le glacier d’Aletsch, dans les Alpes suisses / Crédits : Dirk Beyer – Wikipedia

En somme, la diminution du volume de glace a des impacts environnementaux, économiques et sociaux considérables. Pour ces raisons, anticiper la façon dont les glaciers évolueront au cours des prochaines décennies sous l’effet du changement climatique est un enjeu majeur.

Le 9 avril dernier, une étude portée sur cette thématique a été publiée dans la revue européenne The Cryosphere. Elle fournit l’évaluation la plus précise et la plus détaillée parue à ce jour. Grâce à un nouveau modèle plus performant et calibré par diverses sources observationnelles, l’équipe de chercheurs suisse a évalué l’évolution future de chaque glacier alpin – un total d’environ 3500.

Projections futures : des résultats inquiétants

D’ici 2050, l’importance du retrait ne dépend quasiment pas du scénario d’émissions de gaz à effet de serre. Il se chiffre à environ –50% pour le volume et -45% pour la surface, relativement à 2017. Cela s’explique par l’inertie du temps de réponse du système climatique à la hausse des concentrations atmosphériques en CO2. Dit autrement, le recul des prochaines décennies est, pour l’essentiel, déjà engagé.

glaciers évolution future
Projections futures des pertes de volume (a) et de surface (b) des glaciers Alpins. Les courbes fines de couleurs bleues, vertes et rouges correspondent respectivement à un scénario climatique optimiste, modéré et pessimiste. Les courbes en gras indiquant la moyenne pour chaque scénario. La ligne grise fine indique la tendance attendue si le réchauffement se stoppait en 2017. Crédits : H. Zekollari & al. 2019.

En revanche, à l’horizon 2100, la différence est substantielle. Dans un scénario optimiste (RCP. 2.6), le volume et la surface des glaciers alpins se réduisent respectivement de -63% (± 11%) et -62% (± 8%) par rapport à 2017. En scénario pessimiste (RCP 8.5), ces valeurs s’élèvent à -94% (± 4%) et -91% (± 5%) respectivement. « Dans le cas pessimiste, les Alpes européennes seront en grande partie libres de glace d’ici 2100. Seuls des amas isolés subsisteront à haute altitude, ce qui représente 5% ou moins du volume de glace actuel » s’alarme Matthias Huss, co-auteur de l’étude.

« Les glaciers des Alpes et leur évolution récente sont parmi les indicateurs les plus évidents du changement climatique en cours » souligne Daniel Farinotti, également co-auteur du papier. « L’avenir de ces glaciers est effectivement menacé, mais il est encore possible de limiter les pertes futures ». Pour cela, il est nécessaire de réduire les émissions de gaz à effet de serre le plus rapidement possible. En rappelant que nous sommes actuellement engagés sur une trajectoire de type RCP 8.5…

Source

Articles liés :

Les glaciers ont perdu 9 000 milliards de tonnes de glace depuis 1961

Le recul des glaciers est à l’origine de tsunamis géants !

Que devient le plus grand glacier français après des décennies de fonte ?





Source link