les sociaux-démocrates et l’extrême droite au coude à coude

0
11


D’après les projections, les sociaux-démocrates obtiendraient 40 sièges sur 200 au Parlement monocamérale, les Vrais Finlandais, parti d’extrême droite, 39.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 23h17, mis à jour à 23h35

Temps de Lecture 1 min.

Le chef de file du parti d’extrême droite des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho, le 13 avril à Helsinki.
Le chef de file du parti d’extrême droite des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho, le 13 avril à Helsinki. LEHTIKUVA / REUTERS

« Je ne m’attendais pas à un tel résultat, personne ne s’attendait à cela. » Le chef de file du parti d’extrême droite des Vrais Finlandais, Jussi Halla-aho, pouvait exulter dimanche 13 avril après l’annonce des résultats des élections législatives. Son mouvement arrive 2e du scrutin, de peu derrière le Parti social démocrate qui a revendiqué sa victoire dans la soirée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Finlande, crispations identitaires avant les élections législatives

« Pour la première fois depuis 1999, les sociaux-démocrates sont le parti du premier ministre », s’est réjoui Antti Rinne, le chef de file des sociaux démocrates. Selon des résultats portant sur plus de 98 % des bulletins de vote, les sociaux-démocrates obtiendraient 40 sièges sur 200 au Parlement, les Vrais Finlandais 39. Le Parti du centre du premier ministre sortant Juha Sipilä est lui relégué à la quatrième place et perd 18 sièges. M. Sipilä a rapidement reconnu sa défaite « Nous sommes les plus grands perdants de cette élection », a-t-il regretté.

« Restaurer la confiance »

A l’issue des résultats définitifs attendus dans le courant de la soirée, les sociaux-démocrates pourraient signer leur retour sur le devant de la scène politique, quatre ans après leur échec aux législatives de 2015 où le parti a terminé quatrième.

M. Rinne a d’ores et déjà assuré vouloir former un gouvernement « avant fin mai ». « Nous voulons restaurer la confiance du peuple finlandaise (…) nous allons le faire en coopération avec bien d’autres partis », a-t-il assuré à la télévision publique finlandaise. Toutefois, il a gardé toutes ses options ouvertes vis-à-vis des Vrais Finlandais : « je tiens à dire que je ne veux pas spéculer sur cette question », a-t-il lancé.

Le parti est arrivé pour la dernière fois en tête des législatives en 1999. Paavo Lipponen avait alors conduit une coalition gauche-droite, jusqu’en 2003. Depuis les sociaux-démocrates ont participé à plusieurs gouvernements, sans toutefois en prendre la tête.

Ils ont mené campagne contre la politique d’austérité conduite par la coalition gouvernementale sortante, composée du Centre, du Parti de la coalition nationale (droite) et du parti Réforme bleue (eurosceptique), qui a permis de sortir le pays de la récession en 2016.



Source link

Have something to say? Leave a comment: