à Strasbourg avec Françoise Grossetête, 25 ans au cœur de l’Europe

0
18


La députée européenne Françoise Grossetête entre deux réunions dans les locaux du Parlement Européen à Strasbourg, France, le 27 mars 2019.

LUCAS BARIOULET POUR « LE MONDE »

Par Jérémie Lamothe

« Le Monde » a pu suivre la députée Les Républicains, vice-présidente du PPE, lors de son avant-dernière semaine au Parlement. Une session rythmée par les débats en hémicycle et les délibérations en commissions.

« Qui est pour ? Qui est contre ? Abstention ? Adopté ! » « Vote suivant : qui est pour ? Qui est contre ? Abstention ? Adopté ! » En cette dernière semaine de mars, les votes s’enchaînent à un rythme effréné dans l’hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg. Deux fois par jour, vers 12 heures et 17 heures, le ballet des députés européens, dirigé par le président de séance, est bien orchestré : pouce en haut pour soutenir le texte, pouce en bas pour s’y opposer. Si le résultat est serré, on vérifie par un vote électronique.

Et tant pis pour les élus distraits qui n’arrivent pas à suivre. Tout en bas de l’hémicycle, assise à la table en demi-cercle réservée aux présidents de groupe, Françoise Grossetête, députée française Les Républicains (LR) et vice-présidente du Parti populaire européen (PPE, droite ; premier parti européen), n’a, elle, aucun mal à tenir le rythme. Elue sans discontinuer depuis 1994, elle connaît sa partition par cœur et peut même se permettre de surveiller, du coin de l’œil, si ses collègues de parti votent correctement. C’est que le temps presse.

Vote des députés au Parlement européen, à Strasbourg, le 28 mars.
Vote des députés au Parlement européen, à Strasbourg, le 28 mars. LUCAS BARIOULET POUR « LE MONDE »

Cette semaine se tient l’avant-dernière session parlementaire de la mandature avant les élections européennes, prévues du 23 au 26 mai. Les derniers textes, parfois sensibles politiquement, doivent être adoptés : objectif de réduction des émissions de CO2, réforme du droit d’auteur, interdiction du plastique à usage unique ou encore fin du changement d’heure sur le continent…

Cette session, que Le Monde a pu suivre aux côtés de Mme Grossetête et de son équipe, est jalonnée de débats en hémicycle, de délibérations en commissions, de réunions politiques ou de rendez-vous plus informels. C’est aussi l’avant-dernière semaine à Strasbourg de cette eurodéputée, figure très respectée du Parlement – pourtant peu connue en France – qui tirera sa révérence en mai. Un départ au terme de cinq mandats, au cours desquels elle aura vu le passage de l’Europe des Douze à celle des Vingt-Huit, la création de l’euro, mais également la montée des nationalismes à travers le continent et la défiance grandissante des citoyens à l’égard de l’Union.

Lire aussi Le Parlement européen valide définitivement l’interdiction de certains plastiques à usage unique

« Transhumance » et présentéisme

Ce lundi 25 mars, le soleil transperce les grandes baies vitrées du Parlement européen. Dans les allées de cet imposant bâtiment, inauguré en 1999, c’est la grande « transhumance » : fonctionnaires, assistants parlementaires, députés… Comme chaque mois, tous les acteurs de la vie parlementaire européenne viennent de Bruxelles ou de leurs circonscriptions et installent leurs quartiers à Strasbourg pendant quatre jours, pour la session plénière.



Source link

Have something to say? Leave a comment: