Visite guidée à Phoenix: welcome to New York !

0
159


Voici une image de George Washinton, pardon, de Showkutally Soodhun. 

Pas d’affluence sur la route vers New York City (NYC) en ce samedi 13 avril. Le highway to Phoenix, pardon, NYC, est libre malgré les travaux monumentaux qui ont lieu sur le rond-point de la mégapole. Bizarre, car avant d’arriver à NYC, on doit souvent surmonter les traffic jams. Qu’est-ce qui se passe ? Let’s go pour une visite de NYC à Maurice…

Un trajet de bus Port-Louis – NYC plus tard et accompagné d’un guide qui habite non loin de Manhattan, Curepipe, mais qui a vécu deux ans à NY, Unites States of America, nous y sommes. L’entrée de la ville est en travaux, des tractopelles et autres JCB recouvrent même la voix de Madonna chantant I love New York à la radio. Sur le rond-point en travaux, trônait un phoenix sur une colonne. Est-ce qu’il sera remplacé par un bald eagle après les travaux ? À voir…

Et ce bâtiment, près du rondpoint en travaux, avec un toit pointu ? Est-ce l’Empire State Building ? Nope. Il n’y a que l’architecture qui y ressemble. Ici, c’est the Mauritius, pardon, the New York Institute of Training and Development, endroit où la youth de Mauritius vient se former pour affronter la life. Rien d’intéressant alors. Let’s go.

Un peu plus loin, le coeur de NYC le famous Jumbo Phoenix. Sorry, le Times Square de la ville. Avec les panneaux publicitaires et les milliers de touristes qui sont sur les lieux en permanence, la place ne dort jamais. Enfin, ici, on croise plutôt des centaines de personnes avec leurs caddies et d’autres qui papotent à l’ombre, mais l’esprit y est. Et comme toute international place qui se respecte, il y a la jeunesse qui ne cesse de prendre des selfies. Oui, un Times Square digne de ce nom doit impérativement avoir la présence des appareils photo en permanence. Fait notable : il y a un parking. Une idée de génie, selon notre guide.

Passons à the next landmark de NYC, qui est à un stone throw away du Times Square. Here, nous sommes devant le future Metropolitan Museum, qui est toujours connu comme l’Indira Gandhi Centre for Indian Culture. Le dôme rouge luit sous le soleil, les arches dressées fièrement comme Georges Washington lors de la proclamation de l’Indépendance. «C’est ici que se tiendra le Met Gala tous les ans», explique notre guide. Bon, avant d’avoir droit au plus grand événement fashion, on devra se contenter de quelques réceptions où nos politiciens tiennent des discours. Sinon, les events qui ne sont pas marqués par leurs présences ici sont souvent of high interest.

From Met Museum à Broadway

Parlant de discours, notre guide nous mène juste à l’arrière du futur Met Museum. Le Central Park, poumon de la ville. Quelques mètres jonchés de déchets plus tard, nous voilà sur le terrain de foot où le discours historique prononcé jeudi dernier, lors de la pose de la première pierre pour une piscine chauffante. Parce qu’à NYC, il est inconcevable d’avoir une unheated pool ! C’est qu’en hiver, il fait froid, à NYC. Pas possible de le visiter cependant, car les tentes érigées pour accueillir les politiciens cette semaine sont toujours sur place. La légendaire lenteur maurici… euh… américaine gagne déjà nos terres.

Maintenant, direction Broadway. Pour y accéder, il faut emprunter le Brooklyn Bridge. Le pont à Phoenix ne paye certes pas de mine, mais ce n’est qu’une question de jour. Puis, de toute façon, le bridge au pays de Donald Trump a beau être imposant, mais est-ce qu’il y a une végétation luxuriante autour ? Nope. Bon, let’s hope que personne n’aura l’idée de cut down les arbres là-bas, vu que c’est très trendy en ce moment… Mais il y a quand même des voitures qui klaxonnent sans raisons apparentes. NYC spirit, quand tu nous hold…

Deux minutes plus tard, nous sommes à Broadway, anciennement Phoenix Palace. Haut lieu d’entertainment auparavant, le lieu était équipé d’écrans, de sièges, de lumières, de vendeurs de gâteaux. Le tout dans un seul bâtiment au lieu d’une avenue, mais qu’importe. NYC n’est pas tenu par les règles. Dans les autres villes, il y en a, but with us, no. Les plus anciens se souviennent de la grande époque, où la programmation était diverse et variée. Mais les habitants de la ville ont délaissé le lieu de divertissement qui a donné naissance à des têtes d’affiches et aujourd’hui, il est en démolition et fera place à un centre commercial. Un Manhattan Mall, peut-être ? «Bé non ta, deza ena enn Kirpip. Kapav pou enn Westfield», répond le guide. C’est quoi ? C’est le plus grand et le plus cher et le plus luxurieux des centres de la grande ville. Faudra attendre pour le savoir.

Comme à Maurice, NYC est connu pour les street foods car les Américains ont rarement le temps de s’asseoir pour manger. Ils sont tout le temps en train de courir, nous dit-on. Pour se mettre in the NYC mood, on va se sustenter de dal pouri (dHââl pHoorHee avec l’accent) dans une boutique à côté, chose tout à fait normale à NYC, vu qu’il y a une communauté surinamienne, en cherchant bien, tout le monde peut manger le dHââl pHoorHee. «Et c’est plus cher there», précise le guide. Par contre, le plus que NYC a ici, c’est l’alouda (aHalôudHa avec l’accent). Ça, à moins d’en préparer, il n’en a jamais vu à New-York en deux ans.

Pour sortir de la ville de NYC, nous passons sous un autre bridge, où les habitants du lieu ont tenu à remercier Showkutally Soodhun, l’homme à l’origine de la transformation. «Vive Vive Soodhun the best finn travay pou lepep», ont-ils écrit en grand, très grand. La taille de la police est certainement 911…




Source link

Lexpress

Have something to say? Leave a comment: