Décès d’une ado de 14 ans – La mère : «Linn mor ek plin vomi lor so linz»

0
7804


Quincy Sylvio, 14 ans, est décédée subitement le vendredi 12 avril 2019. Elle avait été hospitalisée après d’atroces douleurs au ventre. L’autopsie attribue le décès à une septicémie provoquée par un intestin gangrené. La famille crie à la négligence médicale.

Quincy avait des rêves plein la tête. L’adolescente de 14 ans, qui faisait du kick-boxing, voulait devenir pâtissière et chanteuse. Elle venait d’intégrer le Mauritius Institute of Training and Development pour exceller dans la pâtisserie. Ses proches se souviennent d’elle tenant « so ravann dan so lamin pe sant sega ». Ils ne pourront désormais que sur leurs souvenirs pour se rappeler la jeune fille. Cette dernière est subitement décédée le vendredi 12 avril 2019, après avoir été hospitalisée. Selon ses proches, elle ressentait d’atroces douleurs au ventre.

Ce que confirme Marie Ella Slyvio, 37 ans, la mère de l’adolescente. Entourée des siens à son domicile à Pointe-Aux-Sables, elle confie que sa fille avait commencé à ressentir des douleurs au ventre le dimanche 7 avril. « Le lendemain, aux petites heures, son père l’avait conduite au dispensaire de Pointe-aux-Sables. Elle avait reçu des médicaments puis elle était rentrée à la maison », explique la mère.

Toutefois, poursuit-elle, malgré le traitement, les douleurs persistaient et elles s’intensifiaient de plus en plus. « Li pa ti pe kapav tini. Li ti nek vomi e plore », se remémore Marie Ella. Jean Yves Slyvio, le père de la jeune fille, avait alors décidé de transporter cette dernière à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo, à Port-Louis. Il était 19 h 30. Selon la mère, Quincy avait été examinée par un médecin. Elle avait ensuite été autorisée à partir. « Pann fer okenn scan ni okenn test ar li. Inn nek donn li medsinn ek dir li al lakaz », raconte Marie Ella.

Le mardi 9 avril, vers 8 h 15, Quincy s’était de nouveau rendue à l’hôpital Jeetoo en compagnie de ses parents. Elle ne pouvait plus supporter ses atroces douleurs abdominales. C’est lors de cette troisième consultation médicale qu’elle avait été hospitalisée.

Le jeudi 11 avril, Marie Ella avait rendu visite à sa fille à 6 h 15. « En arrivant à l’hôpital, les rideaux placés autour du lit de ma fille étaient tirés. Je pensais que les infirmières lui faisaient sa toilette. J’ai avancé les rideaux », raconte la mère. Ce qu’elle s’apprêtait à voir restera à jamais gravé dans sa mémoire. « Mo tifi ti mor e li ti ena plin vomi lor so linz », relate-t-elle, en s’effondrant en larmes.

La veille, Quincy ne cessait de téléphoner à sa mère, la suppliant de la récupérer à l’hôpital. Les dernières paroles de l’adolescente à sa mère ont été : « Dir papi vinn pran mwa. Mo pe tro soufer isi. »

Jean Yves Slyvio n’en revient toujours pas. « Mo konn mo tifi enn kombatan. Elle avait subi une intervention pour une appendicite. Elle n’avait pas souffert. » Quincy apportait la joie dans la maison, elle était joviale, débrouillarde, blagueuse, généreuse, expliquent les gens de son entourage.  

L’autopsie attribue le décès à une septicémie provoquée par un intestin gangrené. La famille Sylvio crie à la négligence médicale. La police a été saisie de l’affaire.



Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment: